4/12/2016 - Premiers pas vers la neutralisation du virus Zika


Mécanisme de neutralisation de l’infection grâce à un puissant anticorps
 
Dans la prestigieuse revue Nature quelques semaines plus tôt, l’anticorps C10 avait été identifié comme l’un des plus puissants anticorps capables de neutraliser l’infection par le Zika (*). Le professeur Lok Shee-Mei de l’université Duke-NUS et son équipe ont effectué une avancée supplémentaire en découvrant comme agissait l’anticorps.
 
Pour infecter une cellule, les particules virales agissent habituellement en deux étapes, l’adhésion et la fusion, qui sont également les cibles habituelles lorsqu’on développe une thérapeutique anti-virale. Durant l’adhésion, les particules virales identifient des sites spécifiques sur les cellules auxquels elles se lient. Lors de l’infection par Zika, l’adhésion du virus informe la cellule d’incorporer le virus via un endosome, un compartiment séparé à l’intérieur de la cellule. Les protéines de l’enveloppe virale subissent alors des changements structuraux pour pouvoir fusionner avec la membrane de l’endosome, libérant l’ADN viral à l’intérieur de la cellule et conduisant à l’étape de fusion de l’infection.
Utilisant la méthode de cryomicroscopie électronique qui conduit à la visualisation de particules extrêmement petites et de leurs interactions, l’équipe de recherche a visualisé l’interaction de C10 avec le virus Zika à différents pH, de manière à imiter les différents environnements où se retrouveront à la fois l'anticorps et le virus durant l'infection. Ils ont montré que C10 se lie à la principale protéine qui constitue l’enveloppe du virus Zika, quel que soit le pH; il verrouille ces protéines une fois en place, prévenant ainsi les changements structuraux nécessaires à l’étape de fusion de l’infection. Sans la fusion du virus à l’endosome, l’ADN viral ne peut entrer dans la cellule et l’infection est rejetée.
 
 « Espérons que ces résultats accélèreront le développement de C10 comme thérapie du Zika afin de combattre ses effets sur la microcéphalie et le syndrome de Guillain-Barré. Cela devrait souligner la nécessité de poursuivre les études de l'effet de C10 sur l’infection Zika dans des modèles animaux » commentait le Professeur Lok.
"En définissant la base structurelle de la neutralisation, ces études renforcent l'idée que cet anticorps protégera contre l'infection par Zika, conduisant potentiellement à une nouvelle thérapie pour traiter cette maladie redoutée", explique Ralph Baric, professeur au Département d’Épidémiologie à l'École de Santé Publique Mondiale de l'UNC Gillings.
 
Ces résultats suggèrent que C10 pourrait être développé comme une thérapie de l'infection par Zika, et ses effets devraient être explorés plus avant. De plus, la rupture de la fusion avec C10 peut s'avérer plus efficace pour prévenir l'infection par Zika par rapport aux traitements qui tentent de perturber l’adhésion. C'est parce que l'étape de fusion est critique pour l'infection Zika, alors que le virus peut développer d'autres mécanismes pour surmonter les perturbations de l'étape d'adhésion. 
 
(*) Barba-Spaeth G. et al.. Structural basis of potent Zika-dengue virus antibody cross-neutralization. Nature 536, 48–53 (2016)
________________________________________
Référence:
Shuijun Zhang, Victor A. Kostyuchenko, Thiam-Seng Ng, Xin-Ni Lim, Justin S. G. Ooi, Sebastian Lambert, Ter Yong Tan, Douglas G. Widman, Jian Shi, Ralph S. Baric, Shee-Mei Lok. Neutralization mechanism of a highly potent antibody against Zika virus. Nature Communications, 2016; 7: 13679 DOI: 10.1038/NCOMMS13679

Le contenu a été actualisé le:  04.12.2016

This website is certified by Health On the Net Foundation. Click to verify. Nous adhérons aux principes de la charte HONcode .

Pour information: vérifier ici.