Qu'est-ce qu'une allergie ?

Une allergie est une réaction excessive d'hypersensibilité du système immunitaire vis-à-vis de substances qui ne causent pas de réactions chez la plupart des sujets. Les hypersensibilités sont classées en quatre types, I à IV. Cette classification est fondée, dans une certaine mesure, sur le type de mécanisme immunitaire en cause, et sur le délai d'apparition de la réaction.

Les deux types d'hypersensibilités généralement associées avec le terme «allergie» sont:
- l'hypersensibilité immédiate de type I, dans laquelle les antigènes (allergènes, substances étrangères) se combinent avec des anticorps de type IgE (immunoglobuline E) et induisent des symptômes locaux et, parfois, des réactions systémiques, habituellement dans les minutes qui suivent le contact avec les antigènes,
- et l'hypersensibilité retardée de type IV, dans laquelle les réactions sont provoquées par les interactions entre des antigènes et des lymphocytes T spécifiques sensibilisés: les symptômes sont alors plus tardifs (quelques heures ou jours après le contact).
 
Les réactions d'hypersensibilité de type I touchent principalement le système respiratoire, le système gastro-intestinal et la peau. Elles surviennent plus fréquemment chez les sujets ayant une prédisposition aux allergies (ceux dont les parents souffrent d'allergies sont plus susceptibles de l'être eux-mêmes, mais pas nécessairement pour les mêmes substances). La première fois qu'une personne prédisposée est exposée à un allergène potentiel, elle ne présentera pas de réaction, mais elle synthétisera des anticorps IgE spécifiques de l'allergène et sera alors sensibilisée à celui-ci.

Les anticorps de type IgE se fixent alors à la surface de cellules particulières:
- les mastocytes, cellules tissulaires spécialisées,
- les basophiles sanguins (un type particulier de globules blancs).
Cette étape correspond à la sensibilisation du système immunitaire.

Lors d'une exposition ultérieure à l'allergène, les IgE spécifiques fixées sur les cellules reconnaissent la molécule étrangère et se lient à celle-ci, ce qui déclenche la libération de substances chimiques contenues dans ces cellules, en particulier l'histamine, responsable des symptômes allergiques observés. Ces symptômes débutent dans la zone d'introduction de l'allergène (au niveau de la bouche, du nez ou sur la peau).
 
* Au niveau cutané, une réaction allergique aigue de type I peut se traduire par une urticaire, une dermatite et des démangeaisons, tandis qu'au long cours, on peut observer une dermatite atopique et de l'eczéma.
* Au niveau des voies respiratoires, la réaction allergique aigue provoque toux, congestion nasale et éternuements, et peut se traduire, au long cours,  par de l'asthme. La réaction allergique peut également être responsable de démangeaisons et de rougeur oculaire.
* Au niveau du système gastro-intestinal, les symptômes allergiques aigus débutent au niveau de la bouche [sensations de picotements, de démangeaisons et goût métallique] avec un gonflement de la langue et de la gorge, puis se propagent au reste du tube digestif [douleurs abdominales, spasmes musculaires avec vomissements et diarrhée].
 
Les réactions allergiques de type I peuvent être de gravité variable, allant de la simple éruption à l'anaphylaxie, réaction allergique aiguë sévère menaçant le pronostic vital. L'anaphylaxie est une réaction allergique qui touche de multiples organes et qui peut commencer par une agitation, un sentiment de mort imminente, une pâleur cutanée due à une baisse de la pression artérielle, et / ou une perte de conscience (évanouissement). Cette réaction  peut être fatale si on n'administre pas rapidement de l'épinéphrine (adrénaline) par injection.

L'allergie de type I peut être dirigée contre un grand nombre d' « antigènes »: aliments, végétaux (pollens de graminées etc…), venins d'insectes, poils d'animaux (comme les chiens et chats), acariens, spores de moisissure, latex ou médicaments (tels que la pénicilline). Il peut exister des réactions croisées chez certains patients: par exemple, une personne allergique à certains pollens (ambroisie) peut aussi réagir aux melons (melon d'eau) et à la banane. Au niveau alimentaire, les causes des réactions anaphylactiques graves les plus fréquentes sont les allergies à l'arachide, aux fruits à coque (comme les noix et noisettes) ou aux coquillages.
 
Les réactions d'hypersensibilité retardée de Type IV sont le plus souvent des réactions cutanées. Un bon exemple est celui des réactions cutanées à certains métaux contenus dans les bijoux fantaisie. Elles se produisent lorsque des lymphocytes T sensibilisés interagissent avec un antigène spécifique. Les lymphocytes libèrent des substances toxiques et inflammatoires, qui attirent les autres globules blancs sur le site de l'exposition, entraînant des lésions dans les tissus. Il n'y a pas de nécessité de sensibilisation du système immunitaire, les patients peuvent avoir une réaction de type IV dès la première exposition. L'hypersensibilité de type IV se manifeste habituellement par une réaction (rougeur, gonflement, prurit, durcissement de la peau, éruptions cutanées, dermatite) observée sur le site d'exposition quelques heures à plusieurs jours après l'exposition.

Suivant
Le contenu a été actualisé le:  16.02.2011

This website is certified by Health On the Net Foundation. Click to verify. Nous adhérons aux principes de la charte HONcode .

Pour information: vérifier ici.