Trois types de diabètes

Il existe trois principaux types de diabète: type 1, type 2 et diabète gestationnel. Une maladie et/ou une atteinte pancréatique peut aussi causer un diabète si les cellules béta produisant l’insuline sont détruites. En France, 2,5 millions de personnes sont traitées pour un diabète dont 92% pour un diabète de type 2.

Diabète de type 1. Il était aussi appelé diabète insulino-dépendant ou diabète juvénile. La plupart des cas de diabète de type 1 sont diagnostiqués chez des sujets de moins de 30 ans. Les symptômes se développent souvent brusquement et le diagnostic est souvent fait dans le cadre d’une prise en charge en urgence. Le patient peut être gravement malade, voire même dans le coma, avec des concentrations très élevées de glucose et de corps cétoniques (acidocétose). Les diabétiques de type 1 produisent très peu ou pas d’insuline. Toutes les cellules béta productrices d’insuline qu’ils ont au moment du diagnostic sont en général complètement détruites en 5 à 10 ans, ce qui les rend entièrement dépendants d’injections insuliniques pour vivre.

La cause exacte du diabète de type 1 est inconnue mais certains facteurs jouent un rôle comme les antécédents familiaux de diabète, les virus touchant le pancréas et les mécanismes auto-immunitaires, dans lesquels le propre système immunitaire du sujet détruit les cellules béta. Les diabétiques de type 1 peuvent présenter plus tôt plus de complications médicales graves que les autres diabétiques. Par exemple, environ 40% d’entre eux développeront de graves problèmes rénaux conduisant à une insuffisance rénale avant l’âge de 50 ans.

Les sujets atteints de diabète de type 2, autrefois appelé diabète non insulino-dépendant ou diabète de l’adulte, produisent leur propre insuline mais elle n’est pas en quantité suffisante pour leurs besoins ou leur organisme est devenu résistant à ses effets. Au moment du diagnostic, les sujets atteints de diabète de type 2 auront souvent à la fois des concentrations élevées de glucose et d’insuline, mais ils peuvent ne pas avoir de symptômes. Environ 90% des cas de diabète sont des types 2. Il apparaît en général plus tard dans la vie, chez les obèses, les sédentaires et les plus de 45 ans. Les facteurs de risque comprennent:

  • Obésité
  • Manque d’exercice physique
  • Antécédents familiaux de diabète
  • Pré-diabète
  • Origines ethniques
  • Diabète gestationnel pendant la grossesse ou bébé pesant plus de 4 kg à la naissance
  • Hypertension artérielle
  • Concentrations élevées de triglycérides, de cholestérol et HDL en faible concentration

Comme la population européenne est  de plus en plus obèse et ne  fait  pas assez d’exercice physique régulier, le nombre de diabétiques de type 2 continue à augmenter et cette pathologie touche des sujets de plus en plus jeunes. 

Le diabète gestationnel est une forme d’hyperglycémie retrouvée chez certaines femmes enceintes, en général à la fin de leur grossesse. La cause est inconnue, mais on pense que certaines hormones placentaires augmentent la résistance à l’insuline chez la mère, ce qui entraîne une augmentation des concentrations de glucose sanguin. La plupart des femmes sont dépistées pour le diabète gestationnel entre leur 24ème et 28ème semaine de grossesse.  Si un diabète gestationnel est découvert et non traité, le bébé est susceptible d’être plus gros que la normale, de naître avec une glycémie faible et prématurément. L’hyperglycémie associée avec le diabète gestationnel disparaît en général après la naissance du bébé, mais les mères atteintes de diabète gestationnel et leurs bébés ont un risque accru de développer éventuellement un diabète de type 2. Une femme qui a un diabète gestationnel lors d’une grossesse aura souvent le même problème lors des grossesses ultérieures.

Le pré-diabète est un nouveau terme qui désigne des troubles du glucose à jeun ou une intolérance au glucose. Il est caractérisé par des concentrations de glucose qui sont supérieures à la normale, mais pas assez élevées pour diagnostiquer un diabète. En général, les sujets pré-diabétiques n’ont pas de symptômes mais, si rien n’est fait pour diminuer leur glycémie, ils ont un fort risque de développer un diabète dans les 10 années qui suivent. Les experts recommandent que chaque personne ayant des facteurs de risque de diabète de type 2 soit dépistée pour pré-diabète.

SuivantPrécédent
Le contenu a été actualisé le:  24.02.2011

This website is certified by Health On the Net Foundation. Click to verify. Nous adhérons aux principes de la charte HONcode .

Pour information: vérifier ici.