Maladies affectant les reins

Toute maladie qui touche les vaisseaux sanguins, telle le diabète, l'hypertension artérielle, l'athérosclérose, peut  perturber la capacité des reins à filtrer le sang et à réguler les liquides du corps. Des maladies et infections dans d'autres parties du corps peuvent aussi déclencher des troubles rénaux. Puisque les troubles rénaux peuvent mettre la vie en danger, anomalies et pathologies rénales doivent attirer l'attention.

La plupart du temps les maladies rénales restent longtemps sans symptômes. Elles peuvent alors conduire à des atteintes terminales, fatales sans dialyse ou transplantation. Plus de 100 situations pathologiques peuvent entrainer progressivement la destruction des reins. La plupart des maladies les plus communes sont décrites ici ainsi que des signes d'alerte qui ne doivent pas être ignorés.

Obstruction
Les voies urinaires peuvent être partiellement obstruées, par exemple par un calcul rénal, une tumeur, un utérus augmenté de taille pendant la grossesse ou une hypertrophie de la prostate. L'augmentation de pression peut entraîner des infections et endommager les reins. Quand il y a un calcul rénal, le blocage est souvent douloureux. Les autres obstructions peuvent ne donner aucun symptôme et être détectées seulement lors d'un test sanguin ou urinaire ou lors de radiographie ou d'échographie par ultrasons.

Infections
Les infections urinaires, telles des cystites, (infections de la vessie) peuvent conduire à des infections plus graves des voies urinaires hautes. Les symptômes sont de la fièvre, une envie fréquente et/ou urgente d'uriner, des douleurs ou des sensations de brûlures lors de l'émission des urines. Il y a souvent des douleurs abdominales ou dans le dos. Parfois les urines sont malodorantes ou avec du sang. La pyélonéphrite est une infection du tissu rénal. Le plus souvent, c'est la conséquence d'une cystite qui s'est propagée aux reins. Une obstruction des voies urinaires est susceptible d'entraîner une infection rénale.
Des infections dans d'autres parties de notre corps, par exemple des infections par des streptocoques, de l'impétigo au niveau de la peau, ou des endocardites, peuvent être disséminées par le sang vers les reins où elles créent des problèmes.

Maladies glomérulaires

Les maladies glomérulaires sont des maladies du filtre rénal, le glomérule. Diabète et hypertension sont les plus fréquentes des maladies qui peuvent conduire à des maladies glomérulaires, généralement chroniques. Le sang est continuellement filtré par le glomérule constitué des capillaires sanguins qui forment des anses et sont entourés d'une capsule; les capillaires ont des pores de taille microscopique. A chaque glomérule est associé un système tubulaire qui collecte le filtrat glomérulaire. Glomérule et tubule constituent un néphron.
Souvent une maladie glomérulaire est déclenchée par une réaction autoimmune, comme dans le cas du lupus érythémateux disséminé ou du syndrome de Goodpasture. Elle peut aussi être la conséquence de maladie héréditaire, d'infections bactériennes dans d'autres sites du corps (gorge, peau, cœur) ou virales (par exemple le VIH).


Les glomérulonéphrites correspondent à une inflammation des glomérules. La filtration du sang est alors mauvaise, le volume d'urine diminue; l'eau et les déchets s'accumulent dans le sang et du sang apparaît dans les urines. Comme les cellules sanguines se détruisent, les urines sont alors colorées en brun-rouge. Certains tissus se gonflent d'eau: ce sont des œdèmes. Le devenir varie: retour à un état normal en quelques semaines,  réduction permanente de la fonction rénale ou progression vers un stage terminal d'insuffisance rénale.


Dans le syndrome néphrotique, le sang perd des protéines dans les urines du fait de traumatismes sur la membrane glomérulaire. Comme la quantité d'albumine, la plus abondante des protéines, diminue dans le sang, des parties du corps se gonflent d'eau (yeux, jambes, abdomen). D'autres maladies peuvent engendrer ce syndrome; des complications comme des caillots de sang ou l'augmentation du cholestérol peuvent apparaître. Le syndrome néphrotique de l'enfant répond habituellement bien au traitement et n'aboutit pas à des dégâts rénaux permanents.

Autres facteurs


Toutes les situations où il y a une perte importante de sang ou une réduction du flux sanguin, peuvent  empêcher les reins d'effectuer leur travail correctement. Les déshydratations sévères,  certaines chirurgies vasculaires et cardiaques sont des cas pouvant amener des problèmes rénaux. Les anomalies sont habituellement réversibles, bien que des infections sévères ou des états de choc peuvent entraîner des dégâts permanents. Dans certains cas, les médicaments anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS tel que l'ibuprofène), les produits de contraste pour rayons X, les inhibiteurs de l'enzyme de conversion de l'angiotensine, certains antibiotiques peuvent endommager les reins. Des défaillances aiguës peuvent nécessiter un traitement médical d'urgence pour prévenir le décès.

Les cancers des voies urinaires ne sont pas aussi fréquents que ceux d'autres organes. Les cancers du rein sont de deux types: le néphrosarcome, détecté chez le sujet jeune, par une masse ferme dans l'abdomen; le carcinome rénal chez l'adulte (âge mûr et plus âgé) pouvant entraîner du sang dans les urines mais souvent détecté seulement lors d'extension tumorale dans d'autres organes. Le cancer de la vessie est plus fréquent, indolore et se traduit souvent par du sang dans les urines, mais la plupart du temps seulement détecté lors d'analyse d'urine. Comme le traitement du cancer de la vessie est contrôlable quand le cancer est détecté précocement, toute hémorragie urinaire doit être investiguée par le médecin.

SuivantPrécédent
Le contenu a été actualisé le:  16.02.2011

This website is certified by Health On the Net Foundation. Click to verify. Nous adhérons aux principes de la charte HONcode .

Pour information: vérifier ici.