Qu'est ce que c'est ?

L’intoxication au plomb (encore appelée Saturnisme) résulte le plus souvent d’une exposition environnementale au plomb. Cette exposition, entrainant desconcentrations élevées de plomb dans le sang (globules rouges – érythrocytes), peut entraîner des dommages permanents pour la santé, surtout parmi les enfants. Selon les Centres de Prévention et de Contrôle des maladies aux Etats-Unis (CDC), environ 250 000 enfants entre l’âge de 1 et 5 ans ont des concentrations de plomb dans le sang supérieur à 50 microgrammes par litre (µg/L) ce qui est la limite à partir de laquelle des mesures doivent être prises selon le CDC. Pour les adultes, ce seuil est  un peu plus élevé à 100 µg/L chez la femme et 200 µg/L chez l’homme.

Le plomb est un métal résistant à la corrosion qui est présent dans l’environnement. Pendant longtemps, c’était un constituant majeur des peintures et de l’essence, utilisé dans la plomberie, les conserves, les vitraux, les batteries d’accumulateurs. Bien que ces utilisations aient été interdites aux USA et que les contrôles soient bien plus stricts, le plomb est encore utilisé dans plus de 100 industries et loisirs récréatifs.

Les particules de plomb pénètrent dans l’organisme principalement par inhalation ou par ingestion de poussières contenant du plomb. Depuis les poumons ou le tube digestif, le plomb se retrouve dans le sang et les différents organes (foie, rein). L’organisme déplace ensuite progressivement le plomb vers les os et les dents, où il peut rester stocké pendant des années (la demie vie du plomb ou temps nécessaire pour que la concentration diminue de moitié dans le squelette est supérieure à 10 ans). Environ 94% du plomb chez l’adulte et 73% chez l’enfant est au final stocké dans les os. L’élimination lente à partir des os s’effectue par les urines et les selles. Le plomb peut parfois également retourner dans le sang et les organes, lors d’une fracture ou au cours d’une grossesse. Il peut passer de la mère au fœtus, et au nourrisson lors de l’allaitement. Une exposition foetale au plomb peut entraîner fausses couches et accouchements prématurés.

Bien que l’intoxication au plomb puisse toucher presque tous les organes, les plus affectés sont le système nerveux central et les reins. Le plomb peut entrainer des troubles cognitifs, entrainant des troubles de l’apprentissage et du comportement. L’exposition aigue associée à une imprégnation importante peut provoquer encéphalopathie, douleurs abdominales (coliques au plomb), vomissements, diarrhée, coma, convulsions (encéphalopathie saturnine très rare), et parfois le décès. L’exposition chronique quant à elle peut entrainer faiblesse, douleurs abdominales, anémie, nausées, perte de poids, fatigue, céphalées, et troubles cognitifs (diminution précoce du QI). Des expositions chroniques de faible intensité peuvent être asymptomatiques, puis êtres révélées par une atteinte rénale. Le CDC, l’American Academy of Pediatrics (AAP), et d’autres organisations recommandent que la concentration en plomb dans le sang des enfants soit inférieur à 50 µg/L. En dessous de cette concentration, il n’y a en effet pas d’effet toxique connu à ce jour.

La sensibilité à l’intoxication au plomb dépend de l’âge (surtout chez l’enfant du fait d’une résorption intestinale importante), de la quantité de plomb ingérée, de la durée d’exposition, et de l’état de santé du sujet. Les personnes présentant une malnutrition ou un déficit en fer par exemple, sont plus vulnérables.

Les habitations construites avant 1949 présentent souvent de la peinture et des poussières contenant du plomb. Les terrains sur lesquels sont construits ces logements peuvent également être contaminés et être source d’exposition. Selon le CDC, environ 24 millions d’habitations aux USA contiennent du plomb. Parmi elles, 4 millions abritent un ou plusieurs enfants.

Les enfants de moins de 6 ans sont plus exposés au plomb, principalement en portant leurs mains à la bouche (manuportage ou pica). C’est sous forme de poussières de plomb, fragments de peinture, inhalés ou mâchés, que les enfants s’intoxiquent. Une autre source correspond à la nourriture ou à l’eau contaminées.

L’exposition des adultes est le plus souvent liée à une activité professionnelle ou récréationnelle. Les enfants et conjoints de sujets travaillant au contact du plomb peuvent eux même être exposés, principalement par le biais des vêtements de travail.
    

Les environnements de travail pouvant être en rapport avec une exposition au plomb sont:
-  L’extraction du plomb
-    Les travaux de construction, construction des ponts
-    La sidérurgie
-    Les stands de tir
-    Les travaux de rénovation
-    Travaux de fonderie (plombs de pêche)
-    Ferrailleurs, récupération de vieux métaux
-    Réparation d’automobiles
-    Soudure, Canalisations d’eau anciennes
-    Les cristalleries
-    Récupérations de vieilles batteries d’accumulateurs.

Les loisirs pouvant être la cause d’une intoxication au plomb sont:
-    Couler des balles, des plombs de pêche
-    Rénover une maison construite avant 1949 (attention au ponçage de peintures)
-    Tir sur cible
-    Soudure
-    Réparation d’automobiles
-    Confection de vitraux
-    Travaux de poterie
-    Peinture avec pigments.

Des remèdes, aliments, suppléments nutritionnels, cosmétiques, bijoux, jouets, et nourriture en conserve importée d’autres pays peuvent contenir du plomb. Les médecins doivent parfois dépister les patients, surtout les enfants, migrants, refugiés, ou adoptés d’autres pays.
 

Suivant
Le contenu a été actualisé le:  23.03.2016

This website is certified by Health On the Net Foundation. Click to verify. Nous adhérons aux principes de la charte HONcode .

Pour information: vérifier ici.