Qu'est ce que c'est?

La thyroïde est une glande en forme de papillon située à la base du cou, juste derrière la pomme d’Adam. Elle est formée de deux lobes, le gauche et le droit, reliés en leur centre par l’isthme. La thyroïde joue un rôle très important car elle contribue entre autre à la régulation du métabolisme énergétique de notre organisme. Pour cela, la thyroïde fabrique, emmagasine et libère dans le sang des hormones thyroïdiennes, principalement la thyroxine (ou T4), et la triiodothyronine (ou T3). Ces hormones, véhiculées par le sang, sont responsables des effets sur les tissus cibles.
La thyroïde synthétise également la calcitonine, une hormone impliquée dans le contrôle du métabolisme du calcium en inhibant sa libération de l’os et en augmentant son élimination par les reins.

L’organisme dispose d’un système élaboré de rétrocontrôle permettant de réguler les quantités de T3 et de T4 présentes dans le sang. Quand les concentrations sanguines des hormones thyroïdiennes diminuent, l’hypothalamus (un organe situé dans le cerveau) libère de la TRH (thyrotopin-releasing hormone), qui à son tour incite l’hypophyse (ou glande pituitaire), une petite glande située sous l’hypothalamus, à libérer la TSH (thyroid-stimulating hormone). La TSH stimule la production puis la libération des hormones thyroïdiennes par la glande thyroïde. Dans ce cas, les concentrations circulantes de TSH sont anormalement élevées.
En cas d’excès d’hormones thyroidiennes dans le sang,  la sécrétion de TSH est inhibée et les concentrations circulantes de TSH sont alors extrêmement faibles.

Au sein de la thyroïde, la majeure partie de la T4 est stockée sous une forme liée une protéine appelée la thyroglobuline. Si les besoins se font sentir, la thyroïde fabrique plus de T4 et/ou libère la T4 stockée. Dans la circulation sanguine, la majeure partie de la T4 est liée à une protéine appelée TBG (thyroxine-binding globulin). Sous cette forme liée la T4 n’est pas active. La T4 est convertie en T3 par les tissus cibles, notamment le foie. La T3 est l’hormone véritablement active au niveau cellulaire.

Les maladies de la thyroïde sont principalement des maladies qui affectent la quantité d’hormones produites par la thyroïde.

- Les maladies dans lesquelles les hormones thyroïdiennes sont trop peu produites sont des hypothyroïdies.

L’examen le plus sensible pour diagnostiquer les hypothyroïdies est une mesure de la TSH sanguine qui est augmentée. L’hypothyroïdie peut provoquer des symptômes tels qu’un gain de poids, une peau pâle et sèche, des cheveux secs avec perte de cheveux, de la constipation, crampes et raideurs musculaires, une frilosité, de la fatigue, un rythme cardiaque ralenti, une irritabilité et parfois un état dépressif, un visage enflé, une voix plus grave et enrouée, des périodes menstruelles irrégulières et des menstruations plus abondantes, une confusion, une difficulté à se concentrer et des pertes de mémoire, un goitre (parfois) qui crée une enflure à la base du cou.

Les symptômes chez l’enfant sont principalement un retard ou un arrêt de croissance, un sommeil perturbé, de la constipation et des difficultés d'alimentation. Une hypothyroïdie sévère non traitée, appelée myxœdème (en raison d’un œdème blanchâtre de la peau par accumulation d'eau dans la peau donnant un aspect bouffi), peut conduire à une insuffisance cardiaque majeure avec une diminution du débit cardiaque.

Chez les nouveaux-nés un retard mental peut s’observer. C’est pourquoi, en France et dans de nombreux pays, l’hypothyroïdie congénitale est systématiquement dépistée chez tous les nouveaux-nés, au même titre que la phénylcétonurie, la drépanocytose, l’hyperplasie congénitale des surrénales et la mucoviscidose. Ces cinq dépistages sont placés sous la responsabilité de l'Association Française pour le Dépistage et la Prévention des Handicaps de l'Enfant (AFDPHE) (http://www.afdphe.asso.fr/). Ce type de dépistage associé à une prise en charge thérapeutique précoce permet de minimiser les dommages à long terme.
Parfois l’hypothyroïdie est infra(sub)-clinique, c’est à dire sans symptômes mais avec uniquement une TSH sanguine élevée. L’hypothyroïdie infra clinique est la forme la plus fréquente d’hypothyroïdie puisque près de 10% de la population serait concernée, surtout les femmes (3 fois plus souvent que l’homme).


- Les maladies dans lesquelles les hormones thyroïdiennes sont produites en excès sont des hyperthyroïdies.
L’examen le plus sensible pour diagnostiquer les hyperthyroïdies est une mesure de la TSH sanguine qui est abaissée. Les symptômes d’une hyperthyroïdie peuvent être une augmentation de la fréquence cardiaque (tachycardie), des palpitations, un essoufflement (dyspnée); un pouls irrégulier; des tremblements fins des extrémités (conséquence de l'excès de circulation sanguine rapide du sang), de l’anxiété, une chaleur ressentie comme insupportable (thermophobie), une perte de poids malgré un appétit conservé (ou accru), une soif excessive, des insomnies, une faiblesse, une fatigue (asthénie) à l'instar de l'hypothyroïdie, une dépression ou une irritabilité et parfois des troubles du comportement, et parfois des diarrhées. La peau est luisante, chaude et humide, le pourtour des yeux peut être enflé ce qui empêche l’œil de se mouvoir normalement, les globes oculaires sont légèrement proéminents avec un regard fixe et des yeux grands ouverts (c’est une exophtalmie). Les patients hyper-thyroïdiens peuvent aussi souffrir d’une hyper-sensibilité à la lumière et autres perturbations visuelles, d’une impuissance, d’une absence totale ou partielle de menstruations.

Comme pour les hypothyroidies, il existe également des hyperthyroïdies infra(sub)-cliniques.

Suivant
Le contenu a été actualisé le:  24.02.2011

This website is certified by Health On the Net Foundation. Click to verify. Nous adhérons aux principes de la charte HONcode .

Pour information: vérifier ici.