Que sont-ils ?

Les agents de bioterrorisme sont habituellement des organismes ou des matériaux biologiques tels que des bactéries, des virus, des champignons, des toxines. Ils sont utilisés dans le but de provoquer intentionnellement une maladie ou le décès d'êtres humains, d'animaux ou de plantes, sans déclaration de guerre officielle ni même nécessité que l'agresseur soit un état (cela pourrait être par exemple un groupement comme le crime organisé). Le bioterrorisme se distingue en cela de la « simple » guerre biologique. Un exemple célèbre d'utilisation d’un agent de bioterrorisme a été l’envoi de spores de bacille du charbon par le système postal américain en 2001. Outre le courrier, les armes biologiques peuvent être disséminées par l'intermédiaire des produits agricoles, de l’eau potable ou des animaux d'élevage ou bien être répandues dans l'air (sous forme aérosols) puis disséminées par les vents.

Les Centres pour le contrôle et la prévention des maladies (en anglais: Centers for Disease Control and Prevention, CDC) classent les agents biologiques en fonction du risque qu’ils représentent pour le public.

Ceux qui présentent le risque le plus élevé, car ils peuvent facilement être disséminés et peuvent entraîner une mortalité élevée, sont classés dans la catégorie A. Ces agents comprennent des bactéries et des virus qui causent des maladies telles que:
•  la maladie du charbon,
•    le botulisme,
•    la peste,
•    la tularémie,
•    la variole,
•    les fièvres hémorragiques virales dues par exemple à des Hantavirus ou au virus Ebola.

Les agents biologiques qui présentent un risque modéré pour le public sont classés dans la catégorie B. Ces agents peuvent être disséminés avec une certaine facilité et peuvent entraîner des symptômes cliniques mais les taux de mortalité dus à ces maladies sont généralement faible. Pour des informations plus précises sur les agents de bioterrorisme et sur les mesures prises par le gouvernement américain pour faire face à une éventuelle attaque bioterroriste, allez sur le site internet « CDC’s bioterrorism ».

En plus des agents biologiques, des agents chimiques ou radioactifs peuvent être utilisés comme des armes de bioterrorisme. Les CDC classent les agents chimiques en fonction de leurs effets sur la peau, les poumons, le tractus gastro-intestinal et le système nerveux. La seule utilisation connue d’agents chimique par un groupe terroriste a eu lieu en 1994 et en 1995 quand la secte Aum Shinrikyo a libéré du gaz sarin dans l’air à Tokyo, au Japon, provoquant 19 morts et des milliers de blessés dont de nombreux ont dû être hospitalisés.

Les agents radioactifs sont incolores, inodores et invisibles à l’œil nu. La contamination de la nourriture, de l’eau ou des objets peut rendre malade ou tuer les êtres humains et les animaux et être difficile à détecter. Les symptômes de l’exposition aux radiations peuvent inclure des nausées, des vomissements, des diarrhées et, en fonction de l’étendue de l’exposition des saignements des gencives, des épistaxis, des contusions et une perte de cheveux. L’exposition à des agents radioactifs peut se faire par ingestion, inhalation ou contamination à travers une plaie ouverte. Un exemple d’agent radioactif est le polonium 210 qui, en 2006, a causé la mort d’un opposant russe, Alexander Litvinenko.

Suivant
Le contenu a été actualisé le:  27.01.2014

This website is certified by Health On the Net Foundation. Click to verify. Nous adhérons aux principes de la charte HONcode .

Pour information: vérifier ici.