Qu'est-ce que c'est ?

Le paludisme est une maladie infectieuse due à un parasite du genre: Plasmodium. Ces parasites sont transmis par la morsure d’un moustique femelle du genre: Anopheles. Il y a quatre principales espèces de Plasmodium qui infectent les humains: Plasmodium falciparum responsables de formes cliniques mortelles, Plasmodium vivax et Plasmodium ovale, responsables de formes récurrentes de la maladie, et Plasmodium malariae responsable de recrudescences très tardives. Récemment, il a été reconnu qu’une cinquième espèce qui normalement infecte les singes, Plasmodium knowlesi, peut être transmise aux humains. Plusieurs cas ont été répertoriés dans des régions d’Asie du Sud-Est. Exceptionnellement, l’infection peut être transmise de la mère à l’enfant durant la grossesse ou lors de l’accouchement (infection congénitale), ou transmise par transfusion sanguine, greffe d’organe, ou le partage d’aiguilles ou de seringues.

Quand un être humain est piqué par un moustique infecté, les parasites entrent dans la circulation sanguine et certains gagnent les hépatocytes. Après la piqûre, il y a habituellement une période d’incubation de 7 à 12 jours pour P. falciparum, puis les parasites pénètrent dans les globules rouges des individus. Ensuite, ils se multiplient à l’intérieur de ces cellules, qui éclatent dans les 48-72 heures, entraînant les nombreux symptômes du paludisme. P. vivax et P. ovale entraînent une maladie récurrente, car le parasite reste en sommeil dans le foie avant son relargage dans la circulation sanguine, et provoquent des symptômes des mois, voire des années, après l’infection initiale. Les deux espèces potentiellement létales malgré un traitement bien conduit sont: P. falciparum et P. knowlesi.

La plupart des infections et décès par le paludisme se produisent en Afrique. Le paludisme existe aussi en Amérique Centrale et en Amérique du Sud, dans les Caraïbes, en Asie (incluant le Sud et le Sud-Est Asiatique ainsi que le Moyen-Orient), en Europe de l’Est et dans le Pacifique Sud. A l’échelle mondiale, l’Organisation des Nations Unies (ONU) estime que 3,3 milliards de personnes sont à risque. En 2008, il y a eu 247 millions de cas de paludisme et près d’un million de décès dont la majorité était causée par des infections à P. falciparum chez les enfants africains.

Les cas de paludisme en France surviennent chez les individus ayant voyagés dans les régions du monde où les infections par le paludisme sont communes.



Risque pour les voyageurs Français

Il est important que les personnes qui envisagent de voyager en zone endémique discutent des différents moyens de protection contre le paludisme avec des professionnels de santé. Leur risque d’exposition au paludisme doit être évalué et des précautions appropriées doivent être prises avant, pendant et après leur voyage. Même les personnes ayant déjà contracté le paludisme peuvent être réinfectées. De même, les personnes originaires d’une région endémique présentent un risque lors de leur retour dans cette zone.    

Pour les voyageurs, le risque de contracter le paludisme dépend de la période de l’année, du ou des pays visités, incluant des zones particulières à l’intérieur du pays, la durée du voyage, et le type d’activités. Par exemple, une personne voyageant en Afrique de l’Ouest, qui fera de la randonnée et du camping pendant plusieurs semaines, a un risque plus élevé qu’un voyageur qui va passer 1 ou 2 jours dans un pays de faible endémie et rester à l’hôtel dans une chambre climatisée, fenêtres fermées. D’après le CNR paludisme (Centre National de Référence), les parties du monde avec le plus grand risque relatif d’infection pour les voyageurs français sont l’Afrique de l’Ouest, l’Asie et les Caraïbes.   

 

Suivant
Le contenu a été actualisé le:  23.03.2016

This website is certified by Health On the Net Foundation. Click to verify. Nous adhérons aux principes de la charte HONcode .

Pour information: vérifier ici.