ASAT

Synonymes: Transaminase glutamo-oxaloacétique, TGO
Nom officiel: Aspartate aminotransférase
Examens apparentés: ALAT, PAL, Bilirubine, Bilan hépatique

D'un coup d'oeil

Pourquoi faire cet examen de biologie médicale ?
Pour détecter des nécroses cardiaques ou des atteintes hépatiques.

 

Quand est-il demandé ?
Lorsque le patient présente des symptômes de lésions hépatiques ou cardiaques.

 

Quel type de prélèvement ?
Un échantillon sanguin veineux.  

Le prélèvement

Qu'est-ce qui est analysé ?
L’ASAT (Aspartate aminotransférase) est une enzyme localisée pour l’essentiel dans les cellules du cœur et du foie, et dans une moindre proportion, dans celles des autres muscles. Quand les cellules cardiaques, hépatiques ou musculaires sont altérées ou lésées, elles libèrent l’enzyme dans la circulation sanguine.  

 

Comment l'échantillon est-il recueilli ?
L’échantillon sanguin est prélevé par ponction veineuse au pli du coude.  

L'examen de biologie médicale

Dans quel but est-il prescrit ?
Le dosage de l'ASAT est utilisé pour détecter des lésions hépatiques. Les valeurs d’ASAT doivent être interprétées avec les résultats d’autres enzymes hépatiques telles que les phosphatases alcalines (PAL), et l’Alanine Aminotransférase (ALAT).
Bien que l’ASAT soit présente dans le cœur et les muscles, c’est la créatine kinase (CK) présente en proportion plus importante qui est usuellement utilisée pour mettre en évidence les atteintes du cœur ou des muscles.

 

Quand est-il prescrit ? 
Un dosage d’ASAT est prescrit, avec d’autres tests, pour explorer un patient qui présente des symptômes d’atteintes hépatiques. Certains de ces symptômes sont l'ictère (ou jaunisse) de la peau et des conjonctives, les urines sombres, des nausées, des vomissements, des douleurs abdominales, une prise de poids inattendue… L’ASAT peut aussi être demandé seul ou avec d’autres tests pour des sujets:
- ayant été exposés aux virus des hépatites,
- ayant une consommation excessive d'alcool,
- ayant des antécédents familiaux de maladies hépatiques,
- qui prennent des médicaments ou des substances pouvant générer des lésions hépatiques.
Pour les personnes présentant des symptômes diffus tels que la fatigue, un dosage d’ASAT peut être prescrit pour rechercher une éventuelle atteinte hépatique chronique. Le dosage d’ASAT est aussi souvent pratiqué, seul ou avec d’autres tests, en surveillance des traitements des patients ayant des atteintes hépatiques.

 

Comment interpréter son résultat ?
Une forte élévation de l’ASAT (plus de 10 fois les valeurs normales) est rencontrée dans les hépatites virales aigues: les valeurs d’ASAT restent élevées pendant 1 à 2 mois mais peuvent prendre 3 à 6 mois pour revenir à la normale.
Les valeurs d’ASAT ne sont pas très élevées dans les hépatites chroniques (souvent moins de 4 fois les valeurs normales): elles oscillent souvent entre des valeurs normales et légèrement élevées nécessitant la répétition du dosage.
Dans certaines pathologies hépatiques, par exemple quand l’obstruction biliaire est totale ou partielle, dans la cirrhose ou certains cancers du foie, l’ASAT peut rester proche de la normale mais avec des valeurs plus élevées que l’ALAT. Quand l’atteinte hépatique est due à l’alcool, l’ASAT est plus élevée que l’ALAT. L’ASAT peut aussi être augmentée lors de l’hémolyse des globules rouges et dans les lésions cardiaques et musculaires.

 

Y a-t-il d’autres choses à savoir ? 
Les valeurs d’ASAT peuvent baisser au cours de la grossesse. Une injection intramusculaire ou un exercice physique très intense peut induire une élévation de l’ASAT. Certains médicaments ou produits naturels de santé peuvent provoquer des atteintes hépatiques avec augmentation de l’ASAT. Leur prise devra être signalée en cas d’élévation d’ASAT.  

Questions fréquentes

1. Quels autres tests sont utilisés pour évaluer les atteintes hépatiques ?
Ce sont le dosage de la bilirubine et d’autres enzymes présentes dans les cellules hépatiques comme l’Alanine aminotransférase (ALAT), les Phosphatases Alcalines (PAL).

 

 

2. Quelles sont les situations à risque d'atteinte hépatique ?
Les principales causes sont les infections par les virus et la consommation excessive d’alcool et dans des situations plus rares, les médicaments ou des pathologies héréditaires.

 

 

3. Quels signes orientent vers une atteinte hépatique ?
Dans de nombreux cas, les atteintes hépatiques sont « silencieuses ». Dans les hépatites aigues, l’atteinte est brutale, la peau et le blanc des yeux jaunissent, les urines brunissent et les selles se décolorent. Au stade terminal, l’atteinte hépatocellulaire peut produire de l’ascite (gonflement de l’abdomen), des hémorragies digestives, et des états confus.

Liens

Pour en savoir plus sur l'exploration hépatique, vous pouvez consulter:

http://www.snfge.asso.fr/02-Connaitre-maladie/0F-foie-et-voie/faq/foie_generalites.htm