DFG estimé

Synonymes:
Nom officiel: Débit de filtration glomérulaire estimé
Examens apparentés: Créatinine, Clairance de la créatinine, Microalbuminurie, Cystatine C, Protéinurie

Dans quel but est-il prescrit ?
L'estimation du débit de filtration glomérulaire (DFG) est considéré comme le moyen le plus sûr pour détecter des modifications rénales précoces. L’interprétation à partir du seul résultat de la créatinine sanguine ne permet pas de détecter précocemment des dommages rénaux.

Si les dommages sont détectés tôt, il est possible de prévenir les complications avec un traitement adapté de l’hypertension artérielle, du diabète ou de toute autre maladie qui peut endommager les reins.

Le débit de filtration glomérulaire est calculé en France, conformément aux recommandations de la haute autorité de santé, par la formule de CKD EPI  nécessitant la concentration en créatinine sanguine, l’âge et le sexe du patient.

D’autres fomules existent, toujours basées sur le dosage de la créatinine sanguine mais utilisant d’autres algorithmes : par exemple, la formule de Schwartz pour les enfants, celle dite « bis 1 » pour les sujets âgés, ou en seconde intention des formules utilisant des nouveaux marqueurs comme la cystatine C sanguine. 

Dans des cas très particuliers où ces tests de première intention ne sont pas validés, une mesure vraie et non une estimation du DFG  peut s’avérer nécessaire à l’aide de marqueurs isotopiques nécessitant une hospitalisation.

Dans le cadre de l’adaptation des posologies des médicaments,  les autorités de santé françaises ont préconisé en 2014 l’usage de la formule mise au point par  Cockcroft (et Gault) nécessitant la concentration en créatinine sanguine, l’âge, le poids et le sexe du patient. Cette préconisation est en désaccord avec celle  édictée en 2013 par le groupe de travail international en néphrologie, les KDIGO.   

 

Quand est-il prescrit ?
Depuis 2003 (publication au JO du 27 février 2003/ accord national de bon usage des soins), le débit de filtration glomérulaire est rendu en routine par les laboratoires dès lors qu'un dosage de créatinine sanguine est effectué. Ce calcul a été introduit pour détecter précocement les lésions rénales afin de prendre des mesures pour limiter la progression de ces lésions.
Le débit de filtration glomérulaire estimé par calcul est utilisable pour la majorité des patients âgés de plus de 18 ans, mais pas chez la femme enceinte, les personnes malnutries, celles qui sont à des stades avancés d’insuffisance rénale chronique, en cas d’obésité majeure ou d’écarts de musculature importants par rapport à la normale et en cas d’insuffisance rénale aigue.

Le diagnostic d’une maladie rénale chronique et sa stratification en 5 stades fait appel au calcul du DFG et à la recherche d’éventuels marqueurs de souffrance rénale constitués par la présence de protéines, de globules blancs ou rouges en quantité significative dans l’urine ou par celle d’anomalies significatives découvertes lors d’une échographie rénale.

En cas de suspicion de maladie rénale aigue, seul le résultat du dosage de la créatinine sanguine est à prendre en compte en parallèle à la mesure des volumes d’urines émises dans une période de temps donnée.

 

 

Comment interpréter son résultat ?

Définition des stades de la maladie rénale selon la valeur du DFG et de la présence éventuelle de marqueurs de souffrance rénale  (selon les KDIGO 2012) :
 

- Marqueurs de souffrance rénale* persistant plus de 3 mois et DFG  normal ou augmenté :   ≥ 90 mL/min/1,73 m2  :  Maladie rénale chronique stade 1
- Marqueurs de souffrance rénale* persistant plus de 3 mois et DFG  légèrement diminué : 60 à 89 mL/min/1,73 m2  : Maladie rénale chronique stade 2
- DFG 45 à 59 mL/min/1,73 m2  :  Insuffisance rénale chronique modérée stade 3A  
- DFG 30 à 44 mL/min/1,73 m2  : Insuffisance rénale chronique  modérée stade 3B
- DFG 15 à 29 mL/min/1,73 m2  :  Insuffisance rénale chronique sévère : stade 4
- DFG <15 mL/min/1,73 m2  :       Insuffisance rénale chronique terminale : stade 5

 

*microalbuminurie ≥ 3 mg/mmol (si diabétique) ou ≥ 30 mg/mmol (si non diabétique) ; et/ou hématurie > 10 000/mL (après avoir éliminé une cause urologique) ; et/ou leucocyturie > 10 000/mL (en l’absence d’infection) ; et/ou anomalies morphologiques/histologiques/tubulaires à l’échographie rénale
 


Le contenu a été actualisé le: 19.03.2015

This website is certified by Health On the Net Foundation. Click to verify. Nous adhérons aux principes de la charte HONcode .

Pour information: vérifier ici.