Electrophorèse des protéines

Synonymes: Electrophorèse des protéines sériques, Electrophorèse des protéines urinaires
Nom officiel: Electrophorèse des protéines et Immunofixation
Examens apparentés: Albumine, Protéines sériques totales et ratio A/G, Antibody Tests, Immunoelectrophoresis

Qu'est-ce qui est analysé ?
L’électrophorèse des protéines est une méthode de séparation des protéines présentes dans le sang (sérum) ou les urines. Pendant le test, un courant électrique déplace les protéines à travers une fine couche de gel d’agarose (ou d’acétate de cellulose). La distance de déplacement de chacune des protéines dépend de sa taille, de sa forme et de sa charge électrique. Les protéines séparées peuvent être détectées par l’emploi d’un colorant qui se lie à toutes les protéines et révèle un profil caractéristique de bandes colorées. Chaque bande indique la présence d’une protéine particulière (ou d’un groupe de protéines ayant des caractéristiques proches); la largeur et l’intensité de la coloration de la bande donnent une indication sur la quantité. Ce profil de bandes est converti en un graphique qui montre des pics verticaux très élevés où l’on trouve beaucoup de protéines, des pics plus petits où il y en a moins et des vallées où il y en a très peu. Chaque pic présente une position caractéristique de son contenu en protéines. Une nouvelle méthode appelée « Electrophorèse capillaire de zone ou CZE » sépare les protéines en les faisant migrer sous l’effet d’un champ électrique, dans un tube capillaire (colonne longue et fine) et produit un graphe similaire à celui obtenu à partir de la séparation sur gel d’agarose.

Certaines protéines d’intérêt particulier peuvent être identifiées en les mélangeant avec des anticorps avant de les déposer sur le gel (ou dans l’appareil de CZE). Ensuite, sur gel d’agarose, les autres protéines sont éliminées par lavage avant coloration. Ce procédé est appelé « immunofixation » ou IFE, car seule la bande reconnue spécifiquement par les anticorps sera révélée. En CZE, on parlera d’ « immunosoustraction », car le traitement préalable par les anticorps fait disparaître la bande spécifique. Une méthode un peu différente, l’immunoélectrophorèse, était utilisée dans le passé; elle a été supplantée par l'immunofixation, car cette dernière est plus facile à utiliser et interpréter.

Les protéines du sérum sont séparées en cinq ou six groupes principaux par l’électrophorèse en gel d’agarose ou en CZE; ces fractions sont appelées, dans l’ordre décroissant de la vitesse de migration: albumine, alpha 1-, alpha 2-, bêta- (cette fraction est parfois subdivisée en bêta 1- et bêta 2-) et gamma-globulines. L’albumine, qui est produite par le foie, forme un groupe à elle seule et représente 60% des protéines du sang. Le terme « globulines » regroupe toutes les protéines autres que l’albumine. A l’exception des immunoglobulines, retrouvées essentiellement dans la fraction gammaglobulines, et de certaines protéines du complément immunologique, les globulines sont aussi produites par le foie.

 

 
 

 

 

 

 

 

 

Les bandes observées à l’électrophorèse des protéines forment des profils particuliers dont certains sont caractéristiques de maladies ou de diverses situations pathologiques. Par exemple, dans le myélome multiple ou maladie de Kahler (une hémopathie maligne touchant certains types de globules blancs appelés plasmocytes), la croissance non contrôlée et la transformation des plasmocytes en cellules malignes conduisent à la production de grandes quantités d’une seule sorte d’immunoglobulines. A l’opposé des autres protéines du sérum qui sont typiquement d’une seule catégorie (albumine, transferrine…), les immunoglobulines (les anticorps) diffèrent les unes des autres pour être capables de reconnaître des bactéries, des virus et d’autres substances étrangères à l’organisme. A chaque fois que l’organisme est exposé à un virus par exemple, un plasmocyte se réplique pour former un clone de plasmocytes (groupe de cellules identiques) qui produisent l’anticorps dirigé contre le virus afin de l’éliminer. Puisque les immunoglobulines du sérum représentent les anticorps produits par beaucoup de clones, l’analyse par électrophorèse va montrer un profil « polyclonal ». Dans le cas d’une transformation cancéreuse ou pré-cancéreuse des plasmocytes, seul un type d’anticorps est produit donnant un profil « monoclonal » aisément reconnaissable à l’électrophorèse des protéines du sérum. Sa caractérisation se fera par immunofixation.

 

 

Comment l'échantillon est-il recueilli ?
L’échantillon sanguin est prélevé par ponction veineuse au pli du coude sur un tube sec. Parfois un échantillon d’urines ou les urines de 24 heures.


Le contenu a été actualisé le: 26.02.2011

This website is certified by Health On the Net Foundation. Click to verify. Nous adhérons aux principes de la charte HONcode .

Pour information: vérifier ici.