Glucose

Synonymes: Concentration de glucose dans le sang ou Glycémie ou Glucose sanguin, Glycémie à jeun, Hyperglycémie provoquée par voie orale (HGPO), Glycosurie ou Glucose urinaire
Nom officiel: Glycémie
Examens apparentés: Bandelettes urinaires, Insuline, Peptide-C, HbA1c, Microalbuminurie

Dans quel but est-il prescrit ? 
Un dosage du glucose sanguin est prescrit dans le but de mesurer la concentration de glucose présente dans le sang au moment du prélèvement. Cette analyse est utilisée pour détecter soit une hyperglycémie soit une hypoglycémie, pour aider à diagnostiquer un diabète, et surveiller les concentrations de la glycémie chez les patients diabétiques. La glycémie peut être mesurée à jeun (c’est-à-dire après un jeûne de 8 à 10 heures) et/ou à n’importe quelle heure et/ou en situation post-prandiale (c’est-à-dire après un repas) et/ou lors d’un test d’hyperglycémie provoquée par voie orale (HGPO). Une HGPO consiste en une série de mesures de la glycémie. Ce test commence par mesurer la glycémie à jeun puis ensuite le patient ingère 75 g de glucose dissout dans de l'eau, afin de tester son organisme. Ensuite, des glycémies sont mesurées à des intervalles de temps précis de façon à surveiller de près l’évolution de la glycémie en fonction de la quantité de glucose ingérée. Une HGPO peut être prescrite pour aider à diagnostiquer le diabète ou pour explorer une glycémie élevée.

Pour diagnostiquer un diabète, l'association américaine The American Diabetes Association (ADA) recommande de prescrire soit une glycémie à jeun soit une HGPO, mais précise qu'un diagnostic de diabète nécessite que tout test positif soit confirmé une deuxième fois, à un moment différent.

De plus en plus de femmes bénéficient d’un dépistage du diabète gestationnel, qui est une forme transitoire d’hyperglycémie, qui survient entre la 24ème et la 28ème semaine de la grossesse. Dans la plupart des cas, ce dépistage se fait à l’aide d’une HGPO spécialement adaptée aux femmes enceintes, consistant en un seul prélèvement sanguin une heure après ingestion de glucose. Ce test est communément appelé test de O’Sullivan. Si la glycémie mesurée sur cet unique prélèvement sanguin dépasse une certaine valeur, alors une HGPO plus longue sera effectuée afin de clarifier le diagnostic. Une femme sera d’emblée considérée comme souffrant de diabète gestationnel et le test de O’Sullivan ne sera pas nécessaire si sa glycémie à jeun ou si une glycémie prélevée au hasard est supérieure aux valeurs définissant le diabète chez les femmes non enceintes.
Les patients diabétiques de type 1 (c’est-à-dire traités par insuline) mesurent leurs glycémies souvent plusieurs fois par jour, pour contrôler si celles-ci s'écartent des valeurs normales (trop hautes ou trop basses) afin d’adapter au mieux leurs injections d’insuline. Ce procédé est parfois utile également chez les patients diabétiques traités par anti-diabétiques oraux. Cet auto-contrôle se fait généralement en plaçant une goutte de sang obtenu par piqûre au bout du doigt sur une bandelette de mesure, puis en insérant cette bandelette dans un glucomètre (petit automate capable d’indiquer le résultat de la mesure de glycémie sur un écran digital). 
Chez les patients suspects d’hypoglycémie, les concentrations de glucose sont utilisés comme un des éléments de la "triade de Whipple" pour confirmer un diagnostic (voir la partie "Que dois-je savoir d’autre ?").

La glycosurie est rarement prescrite pour elle-même. Il fut un temps où elle était utilisée pour surveiller le diabète, mais cette analyse a été largement remplacée par la glycémie, qui est un test plus sensible et qui reflète mieux le statut de la maladie en temps réel. La glycosurie est en revanche un des éléments constitutifs de l’analyse appelée "bandelette urinaire". Une bandelette urinaire peut être prescrite lors d’un bilan de santé de routine, par exemple chez une femme enceinte, au moment d'une admission à l’hôpital, avant d’être opéré, si le médecin suspecte une infection urinaire, ou pour diverses autres raisons. Le médecin peut ensuite explorer une glycosurie élevée en prescrivant une glycémie.

Quand est-il prescrit ? 
La glycémie peut être utilisée pour dépister un diabète ou un pré-diabète chez un individu en bonne santé ne présentant aucun symptôme, parce que le diabète est une maladie fréquente qui peut débuter en absence de tout symptôme. Un tel dépistage du diabète peut être effectué lors de bilans de routine, bilans de santé, notamment dans le cadre de la médecine du travail. Le dépistage est tout particulièrement utile chez les personnes qui présentent un risque élevé de développer un diabète, par exemple lorsqu'elles ont des antécédents familiaux de diabète, qu'elles sont obèses, ou qu’elles sont âgées de plus de 40-45 ans. 
Une glycémie peut également être prescrite pour aider à diagnostiquer un diabète chez un sujet qui présente des symptômes d’hyperglycémie tels que:
- envie de boire anormalement fréquente,
- mictions urinaires trop fréquentes,
- fatigue,
- vision floue,
- infections guérissant trop lentement,
ou des symptômes d’hypoglycémie tels que:
- sueurs,
- faim,
- tremblements,
- anxiété, 
- confusion,
- vision floue.
Une glycémie peut aussi être demandée dans un contexte d’urgence pour déterminer si une hyper- ou une hypoglycémie expliqueraient un symptôme tel qu’un évanouissement ou une perte de conscience.
Chez un patient pré-diabétique (c’est-à-dire dont la glycémie à jeun, ou l’HGPO, se situe au-dessus de la normale mais en dessous des concentrations définissant le diabète), le médecin pourra demander que les mesures de glycémies soient répétées ultérieurement pour savoir le plus tôt possible quand le patient passe de l’état pré-diabétique à un diabète vrai. 
Chez les diabétiques connus, le médecin prescrira des contrôles de glycémie mais aussi d’autres tests, tels que l’hémoglobine A1c qui permet d’obtenir un assez bon reflet de l’équilibre ou du déséquilibre glycémique au cours des deux derniers mois précédant la mesure. A l’occasion, une glycémie peut être prescrite en même temps qu’un dosage d’insuline et de peptide C pour surveiller la production d’insuline par l’organisme.
Les patients diabétiques peuvent avoir besoin de contrôler eux-mêmes leur glucose sanguin une ou plusieurs fois par jour, surtout lorsqu'ils sont traités par insuline, pour ajuster au mieux leur traitement en cohérence avec leur prescription médicale.
Les femmes enceintes bénéficient généralement d’un dépistage du diabète gestationnel à un stade avancé de leur grossesse, sauf si elles présentent précocement des symptômes de la maladie ou si elles ont souffert de diabète gestationnel lors d’une grossesse antérieure. Chez une femme dont le diagnostic de diabète gestationnel est établi, le médecin prescrit généralement des contrôles de glycémie pendant tout le reste de la grossesse ainsi qu’après l’accouchement, de manière à dépister une éventuelle évolution du diabète gestationnel en diabète.

Comment interpréter son résultat ?
Des concentrations élevées de glucose dans le sang signent le plus souvent un diabète, mais de nombreuses autres maladies ou situations peuvent provoquer des augmentations de la glycémie. Les tableaux suivants présentent les différents seuils qui permettent d’interpréter les résultats de glycémie. Ces seuils sont ceux recommandés par l’American Diabetes Association (ADA).

 

Glucose sanguin à jeun

Entre 3,9 et 5,5 mmol/L (0,7 à 0,99 g/L)

Glycémie à jeun normale

Entre 5,6 et 6,9 mmol/L (1 à 1,25 g/L)

Glycémie à jeun altérée (pré-diabète)

7 mmol/L (1,26 g/L) et au-delà à plus d’une occasion

Diabète

 

 

Hyperglycémie provoquée par voie orale (HGPO) [sauf grossesse]
(2 heures après avoir bu 75 grammes de glucose)

Moins de 7,8 mmol/L (1,4 g/L)

Tolérance normale au glucose

Entre 7,8 et 11,1 mmol/L (1,4 à2 g/L)

Intolérance au glucose (pré-diabète)

Au-delà de 11,1 mmol/L (2 g/L) à plus d’une occasion

Diabète

 

 

Dépistage de diabète gestationnel par HGPO (glycémie mesurée une heure après ingestion de 50 grammes de glucose)

Moins de 7,8 mmol/L (1,4 g/L)*

Dépistage négatif

7,8 mmol/L (1,4 g/L)* et au-delà

Dépistage positif, à confirmer par HGPO spécifique (voir ci-dessous)

*Certains médecins utilisent un seuil >1,3 g/L (7,2 mmol/L) car cela permet d’identifier 90% des femmes avec diabète gestationnel, à comparer aux 80% identifiées avec un seuil >1,4 g/L (7,8 mmol/L). Cet abaissement du seuil entraîne toutefois une augmentation de fréquence des dépistages faussement positifs.

 

 

Diagnostic de diabète gestationnel par HGPO (après ingestion de 100 grammes de glucose)

A jeun*

5,3 mmol/L (0,95 g/L)

1 heure après la charge en glucose*

10 mmol/L (1,8 g/L)

2 heures après la charge en glucose*

8,6 mmol/L (1,55 g/L)

3 heures après la charge en glucose* **

7,8 mmol/L (1,4 g/L)

*Si deux ou plus des valeurs sont au-dessus des seuils, le diabète gestationnel est confirmé.
**Une dose de 75 grammes de glucose est parfois utilisée, mais cette charge n’est pas aussi largement utilisée que la charge de 100 grammes. En cas de charge de 75 grammes, le prélèvement à 3 heures n’est pas effectué.

 

En dehors du diabète, parmi les maladies et situations pathologiques qui peuvent provoquer des augmentations de glycémie, citons:
- l’acromégalie
- les situations de stress aigu (par exemple en réponse à un traumatisme, à une attaque cardiaque, à un infarctus)
- l’insuffisance rénale chronique,
- le syndrome de Cushing,
- la prise de médicaments tels que les corticoïdes, les antidépresseurs tricycliques, les diurétiques, les estrogènes (pilules contraceptives ou hormonothérapie substitutive), le lithium, la phénytoïne (Dilantin), les salicylés (Aspirine),
- les excès alimentaires,
- les hyperthyroïdies,
- les cancers du pancréas,
- les pancréatites.
Une glycosurie normale doit être à indétectable. Dès que le glucose sanguin augmente, la glycosurie augmente également. En dehors du diabète, une glycosurie augmentée peut se voir lors des traitements par des médicaments tels que les estrogènes, ainsi que dans certaines maladies rénales.
Des concentrations modérément élevées de glucose sanguin signent souvent l’existence d’un pré-diabète. Cette situation, si elle ne fait pas l’objet d’une prise en charge médicale, évolue souvent en diabète de type 2.

Des concentrations basses de glucose sanguin (hypoglycémie) se voient également en cas: 
- d’insuffisance surrénale,
- d’alcoolisme,
- de prise de médicaments tels que le paracétamol ou les stéroïdes anabolisants,
- d’insuffisance hépatique avancée,
- d'insuffisance hypophysaire,
- d’hypothyroïdie,
- de surdosage en insuline,
- d’insulinome,
- de dénutrition avancée.

Y a-t-il d’autres choses à savoir ?
L’hypoglycémie correspond à une baisse de la concentration du glucose sanguin. Cette baisse commence par affecter le système nerveux et entraîne des symptômes tels que sueurs, palpitations, faim, tremblements, anxiété. Si l'hypoglycémie s’aggrave, le cerveau est ensuite touché, ce qui entraîne alors une confusion, des hallucinations, des troubles de la vision et parfois un coma et même la mort. Un véritable diagnostic d’hypoglycémie nécessite que les trois critères de la "triade de Whipple" soient présents. Ces trois critères sont:
- une glycémie de moins de 2,2 mmol/L (0,4 g/L), que l’on documente souvent à l’aide de dosages d’insuline et parfois de peptide C,
- des symptômes d’hypoglycémie (mentionnés ci-dessus),
- le caractère réversible des symptômes dès que la glycémie retourne à la normale.

L'hypoglycémie primitive est une maladie rare que l'on diagnostique généralement dans l'enfance. Les patients peuvent avoir des symptômes d'hypoglycémie sans que leur glycémie soit franchement abaissée. Dans cette pathologie, des modifications diététiques, consistant à prendre plusieurs petits repas et petites collations par jour composés de glucides complexes plutôt que de sucres simples, peuvent suffire à atténuer les symptômes. Si les mesures diététiques ne suffisent pas et s’il y a une hypoglycémie à jeun, un traitement par glucose intra-veineux peut être nécessaire.


Le contenu a été actualisé le: 27.10.2009

This website is certified by Health On the Net Foundation. Click to verify. Nous adhérons aux principes de la charte HONcode .

Pour information: vérifier ici.