Sérologie Hépatite B

Synonymes: VHB
Nom officiel: Hépatite virale B
Examens apparentés: Sérologie Hépatite C, Sérologie Hépatite A, ALAT, ASAT, GGT

Dans quel but est-il prescrit ? 
Il existe plusieurs examens utiles pour détecter la présence d’anticorps dirigés contre le virus de l’hépatite B. Ces anticorps sont produits par le patient afin de permettre une protection contre les antigènes (protéines étrangères). 

Les anticorps dirigés contre les antigènes de surface (anti-HBs) sont l’examen le plus usuel. En cas de positivité, il indique une exposition ancienne au virus mais le virus n’est plus présent et la personne ne peut pas en contaminer une autre. Les anticorps protègent aussi contre une infection future. En plus de l’exposition contre le virus, les anticorps peuvent aussi être acquis au cours d’une vaccination efficace. Cet examen permet donc de vérifier l’efficacité de la vaccination ou de suivre l’évolution d’une infection et sa guérison.

L’antigène de surface (antigène Ag HBs) est un antigène protéique produit par le virus. Cet antigène est le premier marqueur d’hépatite aiguë B et permet l’identification des patients avant l’apparition des symptômes. Le risque de passage à la chronicité est fréquent, en particulier en cas de contamination pendant l’enfance, ou chez ceux ayant un système immunitaire faible. 
Parfois le virus parvient dans le foie et d’autres cellules mais ne produit pas de nouveaux virions qui peuvent infecter, ou bien le produit en trop faible quantité qu’il ne peut être découvert dans le sang. Ces patients doivent être considérés tout de même comme des porteurs. Dans d’autres cas, le virus continue de produire des virions qui peuvent continuellement infecter le foie et par là même aboutir à la contamination d’autres personnes. Dans tous les cas, l’antigène HBs est positif. Il existe deux stades selon la présence des autres marqueurs.
 

L’antigène HBe (Ag HBe) est une protéine virale associée à l’infection par le virus de l’hépatite. L’antigène HBe est retrouvé dans le sang seulement lorsque les particules virales sont présentes. Lorsque le virus se présente sous une « forme cachée », l’antigène HBe ne reste pas longtemps présent dans le sang. L’antigène HBe est souvent utilisé comme marqueurs de capacité à infecter d’autres personnes.
 La mesure de l’antigène HBe peut aussi être utilisée pour mesurer l’efficacité thérapeutique; en cas de traitement efficace, on constate en effet l’élimination de l’antigène HBe du sang et le développement des anticorps anti-HBe (anti-HBe). Il existe des variants viraux qui ne produisent pas de l’antigène HBe. Ces variants sont habituellement retrouvés en Asie et au Moyen Orient. Ils sont également maintenant fréquents en Europe. Dans ces pays, la recherche de l’antigène HBe n’est donc pas réellement utile.
 

Les anticorps anti-HBc (anti-HBc) sont des anticorps dirigés contre l’antigène de core du virus. L’antigène de Core est retrouvé dans les particules virales mais disparaît précocément au cours de l’infection. Ces anticorps sont produits pendant et après une hépatite aiguë et sont également habituellement retrouvés en cas d’infection chronique, de même que chez ceux pour lesquels on observe une clairance virale; dans ce cas, les anticorps persistent définitivement.
 

L’ADN du VHB est un test plus sensible que l’antigène HBe pour détecter la présence de virus dans le sang. Il est habituellement utilisé avec les autres tests et il est extrêmement important pour suivre un traitement antiviral ce d’autant que l’on dispose maintenant de tests ultra-sensibles (PCR temps réel).

 

Quand est-il prescrit ? 
Ces tests sont utiles pour déterminer si un vaccin a produit le niveau désiré d’immunité, de même que pour faire le diagnostic et suivre l’évolution de l’infection. 
Chez un patient ayant une hépatite aiguë, les IgM anti-HBc et l’antigène HBs sont habituellement demandés ensembles, pour détecter une infection récente par le virus. Chez les patients ayant une hépatite chronique, ou ayant une hypertransaminasémie (ALAT), l’antigène HBs et les anticorps anti-HBc sont habituellement demandés pour regarder s’il existe des lésions hépatiques dues au virus. Dans ce cas, l’antigène HBs et l’antigène HBe sont habituellement recherchés à intervalles réguliers (par exemple tous les 3 à 6 mois).  Chez les patients traités pour hépatite chronique, l’antigène HBe et l’ADN du VHB sont utiles pour déterminer si le traitement est efficace. Chez une personne recevant le vaccin, les anticorps anti-HBs sont demandés pour tester son efficacité; en cas de taux d’anticorps > 10 UI/ml, la personne est probablement protégée à vie de l’infection contre le virus.
 Tous les dons de sang sont testés pour la présence de l’antigène HBs et des anticorps anti-HBc avant distribution.

Comment interpréter son résultat ? 
• Anticorps anti-HBs (anti-HBs): un résultat positif indique une immunité contre le virus à partir d’une vaccination ou d’une guérison d’hépatite aiguë
• Antigène HBs (Ag HBs): un résultat négatif indique qu’une personne a guéri d’une hépatite aiguë ou a éliminé d’elle-même le virus. Un résultat positif indique une infection active mais ne permet pas de savoir s’il y a un risque de transmission.
• Antigène HBe (Ag HBe): un résultat positif indique la présence du virus qui peut se transmettre. Un résultat négatif indique habituellement que le virus ne peut pas être transmis avec la réserve qu’il existe maintenant de nombreuses formes d’hépatite chronique antigène HBe négatif ayant un niveau modéré de réplication virale et un risque de transmission
• Anticorps anti-HBc (anti-HBc): s’il existe la présence d’anticorps anti-HBc, cela indique habituellement la guérison d’une infection et la personne n’est pas porteuse du virus. En cas d’infection aiguë, le premier anticorps à apparaître est l’IgM anti-HBc. Tester la présence de cet anticorps peut donc apporter la preuve qu’une personne a récemment été infectée.
• ADN du VHB: un résultat positif indique la présence du virus et le risque de transmission. Un résultat négatif indique habituellement l’absence de risque de transmission, surtout si l’on utilise
un test sensible de type PCR temps réel pour lequel le seuil est d’environ de 12 UI/ml (ou 50 – 60 copies).

Y a-t-il d’autres choses à savoir ?
En dehors des tests décrits ci-dessus, et spécifiques pour le virus, il convient de réaliser les examens permettant de tester la fonction hépatique comme les transaminases (ALAT) et les gamma-GT et, bien sûr, dans de nombreux cas, en cas d’infection chronique, une biopsie hépatique est nécessaire pour confirmer le diagnostic et proposer l’indication thérapeutique.


Le contenu a été actualisé le: 15.04.2009

This website is certified by Health On the Net Foundation. Click to verify. Nous adhérons aux principes de la charte HONcode .

Pour information: vérifier ici.