Qu’est-ce qu’un marqueur tumoral ?

Ce sont des molécules, le plus souvent des protéines, synthétisées par l'organisme et présentes en situation physiologique et dont la concentration augmente en réponse à la croissance tumorale ou parfois synthétisées par la tumeur elle-même. Ces susbstances peuvent être détectées dans le sang, les urines, le LCR ou tout autre fluide ou dans un un échantillon de tumeur. Certains marqueurs tumoraux sont spécifiques de certains types de cancers alors que d’autres sont rencontrés dans plusieurs types de cancers.
La plupart des marqueurs tumoraux peuvent être élevés dans d’autres situations que le cancer, c’est pourquoi un marqueur tumoral seul ne peut être suffisant pour diagnostiquer un cancer.

Il n’existe qu’un petit nombre de marqueurs tumoraux validés, utilisés en routine par les médecins. Un grand nombre de marqueurs potentiels sont toujours en phase d’évaluation. Souvent la découverte d’un nouveau marqueur cause un fort engouement jusqu’à ce que les investigations supplémentaires prouvent qu’il n’est pas plus utile que celui utilisé précédemment.

L’objectif des marqueurs tumoraux circulants est de disposer d‘un outil biologique, donc non invasif, témoin de l’évolution de la pathologie tumorale. En dépistage aucun marqueur à ce jour n’est validé, à l’exception de la thyrocalcitonine dans les cancers médullaires de la thyroïde. Le PSA a un intérêt en détection précoce du cancer de la prostate. Plus généralement, les marqueurs ont un intérêt au diagnostic, comme marqueur  pronostique ou prédictif de la réponse au traitement. 

Certaines personnes ont un risque élevé de développer un cancer à cause d’une mutation génétique dont ils ont héritée. Même si ce n’est pas considéré comme un marqueur tumoral, des examens recherchent ces mutations pour évaluer le risque de développement du cancer. C’est le cas pour les allèles mutés des gènes BRCA1 et BRCA2, associés à un risque familial de développer un cancer du sein ou des ovaires.


Dans quel but sont-ils prescrits ?

Seuls, ils ne peuvent pas établir le diagnostic. Le diagnostic du cancer se fait par biopsie du tissu suspecté, puis analyse de l'exérèse chirurgicale de la tumeur, observé au microscope.

Les marqueurs tumoraux donnent des informations utiles pour:
•  Le suivi de la maladie. Même s’il n’existe pas encore de marqueur utilisable pour la détection de tous les cancers, certains marqueurs peuvent être utilisés pour le suivi des cancers. Les marqueurs tumoraux génétiques peuvent être utilisés pour prédire le risque de développer un cancer lié à l’hérédité pour chaque membre de la famille concernée.
•    Une aide au diagnostic. Chez un patient symptomatique, les marqueurs tumoraux peuvent aider à localiser le cancer (par exemple, le CA-125 pour le cancer des ovaires), et à différencier un cancer d’une autre maladie. Mais les marqueurs tumoraux ne sont qu’une aide au diagnostic, et non pas un diagnostic en eux-mêmes.
•    Le stade de la maladie. Dans le cas d’un patient atteint d’un cancer, la concentration plasmatique de marqueurs tumoraux  peut aider à déterminer si le cancer s’est étendu à d’autres tissus et organes.
•    Le pronostic. Certains marqueurs tumoraux peuvent être utilisés pour déterminer le degré d’agressivité du cancer.
•    Aider au choix du traitement. Les patients dont la tumeur surexprime Her2 pourront bénéficier du traitement anti-Her2 (Herceptin®).
•    Le suivi de l’efficacité du traitement. Les marqueurs tumoraux peuvent être utilisés pour suivre l’efficacité du traitement, notamment dans le cas de cancers avancés. Si la concentration du marqueur diminue, la tumeur répond au traitement; si elle reste élevée, des modifications du traitement seront nécessaires. Cependant, ces résultats doivent être utilisés avec précaution. L’ACE, par exemple, est utilisé pour le suivi des cancers des intestins, mais tous les cancers des intestins ne provoquent pas une augmentation des concentrations d’ACE dans le sang. Si le marqueur n’est pas initialement en concentration élevée dans le sang, il ne pourra pas être utilisé dans le suivi de l’efficacité du traitement. Ceci ele cas pour tous les marqueurs circulants. On ne peut utiliser en suivi qu'un marqueur dont la concentration initiale est élevée.
•    Détecter d’éventuelles rechutes. Actuellement, l’utilisation la plus courante de ces marqueurs tumoraux est la détection des récidives du cancer. Si un marqueur sanguin est élevé avant traitement, puis diminue sous traitement, et  recommence à s’élever quelques temps plus tard, ceci indique une probable récidive du cancer (si le marqueur reste élevé après ablation chirurgicale du cancer, il est probable que le tissu cancéreux n’ait pas été retiré dans son intégralité ou que des métastases sécrétantes soient présentes).
 

Principaux marqueurs tumoraux

Marqueur tumoral Cancer(s) associé(s) Type d'échantillon Mode d'utilisation Commentaires
AFP (Alpha-foetoprotéine) cancers du foie, des ovaires ou des testicules Sang Aide au diagnostic, pronostic, surveillance du traitement, détection des rechutes Egalement augmenté durant la grossesse et hépatite aïgue/chronique
ALK gène réarrangements cancer du poumon non à petites cellules Tissu Aide au choix du traitement Aide à déterminer si le traitement par thérapie ciblée est appproprié

Immunoglobuline des cellules B

gène réarrangement

Lymphome à cellules B Moëlle osseuse, tissu, liquide biologique, sang Aide au diagnostic, surveillance du traitement, détection des rechutes Détecte les changements caractéristiques (réarrangements) de gènes spécifiques des cellules B
ß2M (Béta-2 microglobuline)    Myélome multiple, leucémie lymphocytaire chronique (LLC), et certains lymphomes Sang, urine, liquide céphalo-rachidien

Détermine le pronostic,

surveillance du traitement, détection des rechutes

Elevé dans d'autres maladies comme les maladies rénales
BCR-ABL Leucémie myéloïde chronique (LMC) et leucémie lymphocytaire aïgue (LLA) BCR-ABL positive Sang, moëlle osseuse Aide au diagnostic, surveillance du traitement, détection des rechutes  
CA 15-3 Cancer du sein Sang Suivi du traitement, détection des rechutes locales ou des métastases osseuses ou hépatiques Aussi élevé dans d'autres cancers incluant poumon, ovaires ainsi que dans les maladies bégnines du sein, l'endométriose, l'hépatite
CA 19-9 Pancréas, parfois voies biliaires, vessie, estomac et colon Sang Stade de la maladie, suivi du traitement, détection des rechutes Aussi élevé dans d'autres cancers de l'appareil digestif ou d'autres pathologies non-cancéreuses du tube digestif, pathologie thyroïdienne, pancréatite, obstruction des canaux biliaires et maladies inflammatoires chroniques des intestins
CA-125 ovaires Sang Aide au diagnostic (en cours d'évaluation), suivi du traitement, détection des rechutes Aussi élevé dans d'autres cancers tels que de  l'endomètre, du péritoine, et des trompes de Fallope et autres maladies bégnines telles que fibrome utérin, voire aussi pendant la grossesse
Calcitonine Carcinome médullaire de la thyroïde (CMT) et hyperplasie à cellules C Sang Dépistage pour les familles à risque de CMT, aide au diagnostic, suivi du traitement, détection des rechutes Aussi élevé dans d'autres cancers tels que le cancer du poumon et les leucémies mais non utilisé pour les détecter.
CEA (Antigène carcino-embryonnaire) Colorectal, pulmonaire, sein, thyroïde, pancréas, foie, col de l'utérus, vessie Sang Détermine le stade, le pronostic, suivi du traitement, détection des rechutes Aussi élevé dans hépatite, BPCO, colite, pancréatite, et chez les fumeurs
Chromogranine A Tumeurs neuroendocrines (neuroblastome) Sang Aide au diagnostic, surveillance Marqueur le plus sensible des tumeurs carcinoïdes
DCP (Des-gamma-carboxy prothrombine) Carcinome hépatocellulaire Sang Suivi du traitement, détection des rechutes Nouveau test; souvent utilisé avec une imagerie plus AFP et /ou AFP-L3%
EGRF mutation Cancer pulmonaire non à petites cellules; parfois tête et cou Tissu Détermine le pronostic, aide au choix du traitement Aide à déterminer si le traitement par thérapie ciblée est appproprié
Récepteurs aux oestrogènes et à la progestérone Sein Tissu Détermine pronostic, aide au choix de l'hormonothérapie Elevé dans tous les cancers hormono-dépendants
Fibrine/fibrinogène Vessie Urine suivi du traitement, détection des rechutes  
Gastrine Hyperplasie à cellules G, tumeur produisant de la gastrine Sang Aide au diagnostic, suivi du traitement, détection des rechutes Egalement utilisé pour aider au diagnostic du syndrome de Zollinger-Ellison
HCG ou ß HCG (Gonadotrophine chorionique humaine) Testicule, maladie trophoblastique, tumeur des cellules germinales, choriocarcinome Sang, urine Aide au diagnostic, facteur pronostic,  suivi du traitement, détection des rechutes Elevé lors de grossesse
Her-2/neu Sein, estomac, oesophage Tissu Détermine pronostic, aide au choix du traitement les cancers pour lesquels HER2/neu est positif tendent à se développer plus rapidement que les autres et répondent vraisemblablement aux médicaments actifs contre le récepteur HER2 sur les cellules cancéreuses
JAK2 mutation certains types de leucémies Sang, moëlle osseuse Aide au diagnostic Aussi utilisé pour diagnostiquer les maladies de la moëlle osseuse caractérisées par une surproduction d'un ou plusieurs types de cellules sanguines telles que les syndromes myéloprolifératifs, en particulier la polyglobulie vraie
KRAS mutation Cancer colorectal, pulmonaire non à petites cellules Tissu Détermine pronostic, aide au choix du traitement Aide à déterminer si le traitement par thérapie ciblée est appproprié
LDH (lactate deshydrogénase) Tumeurs testiculaires ou autres cellules germinales Sang Détermine le stade, le pronostic, suivi du traitement, détection des rechutes LDH est élevée dans de très nombreuses pathologies; peu spécifique
Immunoglobulines monoclonales Myélome multiple, maladie de Waldenström Sang, urine Aide au diagnostic, surveillance du traitement, détection des rechutes Surproduction d'un anticorps unique, détecté par électrophorèse
PSA (Antigène spécifique de la prostate) total et libre Prostate Sang Préconisé pour la détection précoce du cancer de la prostate, suivi de traitement, détection des rechutes Peut être utilisé pour réaliser une détection précoce des hommes à haut risque dus à leur histoire familiale; Elevé en cas d'hyperplasie prostatique, âge
SMRP (mésothéline) Mésothélium (cancer rare associé à l'exposition à l'amiante) Sang suivi du traitement, détection des rechutes Souvent utilisé avec l'imagerie

Récepteur aux cellules T

gène réarrangement

lymphome à cellules T Moëlle osseuse, tissu, liquides biologiques, Sang Aide au diagnostic, suivi du traitement, détection des rechutes Détecte les changements caractéristiques (réarrangements) dans les gènes spécifiques des cellules T
Thyroglobuline Thyroïde Sang Détection des rechutes Utilisé après ablation de la thyroïde


Le contenu a été actualisé le:  15.01.2016

This website is certified by Health On the Net Foundation. Click to verify. Nous adhérons aux principes de la charte HONcode .

Pour information: vérifier ici.