Anticorps anti-nucléaires

Synonymes: Anticorps anti-nucléaires fluorescents (FAN), ACAN, ANA.
Nom officiel: Anticorps anti-nucléaires
Examens apparentés: Anticorps anti-cytoplasme des polynucléaires neutrophiles, Anticorps anti-ADNdb

Dans quel but est-il prescrit ?

Le test participe au diagnostic de connectivite (le lupus érythémateux disséminé [LED], la sclérodermie, le syndrome de Gougerot-Sjögren,….), de maladie de Raynaud, d’arthrite chronique juvénile, de polyarthrite rhumatoïde, de syndrome des anti-phospholipides, d’hépatite auto-immune et de nombreuses autres maladies auto-immunes ou non. Le résultat du test AAN peut être positif dans un certain nombre de maladies, des tests complémentaires aident à établir le diagnostic de connectivite, dont le lupus érythémateux disséminé.

Quand est-il prescrit ?

La recherche des AAN constitue une première étape fiable pour l'identification du LED et de quelques autres maladies auto-immunes présentant des symptômes très polymorphes. Ces symptômes, incluent notamment les articulations douloureuses ou gonflées, une fièvre inexpliquée, une fatigue extrême et une éruption cutanée, ils peuvent fluctuer au cours du temps et en intensité. L’évolution peut être lente et prendre des mois ou des années pour que ces symptômes deviennent évocateurs d’un LED ou d’une autre maladie auto-immune.

 

Comment interpréter son résultat ?

Un résultat positif peut indiquer la présence d'une maladie auto-immune. Le biologiste effectue alors d'autres tests plus spécifiques comme la recherche d’anticorps anti-ADN natif et  anti-Sm précisant le LED, anti-SSA et anti-SSB précisant le syndrome de Gougerot Sjögren, anti-centromère pour la sclérodermie localisée, anti-Scl70 pour la sclérodermie systémique (plus sévère).

Un test AAN positif peut aussi indiquer que le patient présente un lupus médicamenteux induit. Cette situation s’observe lorsque l’organisme synthétise des anticorps dirigés contre des composants de la double hélice d’ADN appelés histones. La recherche d’anticorps anti-histone peut être utilisée pour étayer le diagnostic de lupus induit.

Un résultat AAN positif peut également être retrouvé chez les patients avec une maladie de Raynaud, une arthrite chronique juvénile, ou un syndrome des anti-phospholipides. Le médecin doit tenir compte des symptômes cliniques et de l'histoire clinique pour le diagnostic différentiel.
Le seuil de positivité des AAN augmente avec l’âge.
Un résultat AAN négatif chez un patient rend le diagnostic de LED peu probable. Toutefois, en raison de l’évolution des maladies auto-immunes au cours du temps, il peut être utile de répéter la recherche d’AAN si les signes cliniques persistent.
 

Y a t-il d'autres choses à savoir ?

Certains médicaments et infections ainsi que d'autres situations pathologiques peuvent donner un résultat AAN faussement positif. Ces médicaments peuvent provoquer des symptômes comprenant ceux du LED: on parle de lupus médicamenteux induit. Les symptômes disparaissent en général à l’arrêt des médicaments. Bien que de nombreux médicaments aient été incriminés dans la survenue du lupus induit, ceux le plus souvent mis en cause sont l’hydralazine, l'isoniazide, la procaïnamide, et plusieurs anticonvulsivants.
 


Le contenu a été actualisé le: 26.03.2015

This website is certified by Health On the Net Foundation. Click to verify. Nous adhérons aux principes de la charte HONcode .

Pour information: vérifier ici.