Calcium

Synonymes: Calcémie, calciurie
Nom officiel:
Examens apparentés:

Dans quel but est-il prescrit ?

Le dosage du calcium est utile pour le diagnostic et la surveillance des pathologies osseuses, cardiaques, nerveuses, rénales et dentaires. Le taux de calcium sanguin ne reflète pas directement la quantité de calcium osseux, mais plutôt la quantité de calcium circulant dans le sang.
 
La mesure de la calcémie totale est souvent demandée lors des bilans de routine.  Lorsque le taux de calcium total est anormal, des examens supplémentaires sont souvent nécessaires, comme la mesure du calcium ionisée, de la calciurie, et des taux de phosphate, de magnésium, de vitamine D et de l’hormone parathyroïdienne (PTH). La PTH et la vitamine D sont responsables du maintien du taux de calcium sanguin dans une gamme étroite de valeurs.
 
La mesure simultanée de la calcémie et de la PTH est utile pour déterminer si les glandes parathyroïdes fonctionnent correctement. La mesure de la calciurie renseigne sur la capacité des reins à excréter correctement le calcium, tandis que les taux de phosphate, vitamine D, et magnésium aident à déterminer si d’autres électrolytes sont également perturbés. Le sens de variation de ces substances est aussi important que leurs concentrations en elles-même.
 
Le calcium a une utilité diagnostique si le patient présente des symptômes suggérant la présence:
- de calculs rénaux
- d’une pathologie osseuse
- de troubles neurologiques
 
La mesure du calcium total est le test utilisé le plus fréquemment pour évaluer le statut calcique. Dans la plupart des cas, cette mesure est un bon reflet du taux de calcium libre, puisque le rapport calcium libre/calcium lié est stable et prévisible. Néanmoins, chez certains patients, cet équilibre est perturbé et la mesure de la calcémie totale n’est alors pas un bon reflet du statut calcique. Dans ces circonstances, la mesure du calcium ionisé est nécessaire.
Les cas où la mesure de la calcémie ionisée est le test le plus pertinent sont: les patients de réanimation nécessitant des transfusions ou des perfusions de fluides intraveineux, les patients devant subir une chirurgie lourde, et les patients ayant des anomalies au niveau des protéines sanguines, telle qu’une albuminémie basse. Des fluctuations importantes de la calcémie ionisée peuvent être responsables d’une bradycardie ou une tachycardie, de spasmes musculaires (tétanie), une confusion voire un coma. Dans le cas des patients de réanimation, la surveillance de la calcémie ionisée est très importante, pour prévenir et traiter d’éventuelles complications.
 
Quand est-il prescrit ?
 
La mesure de la calcémie est un examen prescrit lors de bilans de routine. Le médecin peut également prescrire ce dosage dans les cas suivants:
- Pathologie rénale (l’insuffisance rénale est responsable d’une diminution de la calcémie)
- Symptômes d’hypercalcémie: fatigue, faiblesse, perte d’appétit, nausées et vomissements, constipation, douleurs abdominales, mictions fréquentes, augmentation de la soif
- Symptômes d’hypocalcémie: crampes abdominales, crampes musculaires, picotements dans les doigts
- D’autres pathologies associées à une calcémie anormale, comme les pathologies touchant la thyroïde, les intestins, ou encore les cancers et la malnutrition.
 
Une mesure de la calcémie ionisée peut être prescrite en cas d’engourdissement autour de la bouche, des mains et des pieds, et de spasmes musculaires dans ces zones: ils peuvent être les symptômes d’une diminution de la calcémie ionisée, bien qu’une diminution lente de la calcémie puisse passer inaperçue et n’entraîner aucun symptôme.
 
La surveillance de la calcémie peut être nécessaire dans certains cancers (particulièrement pour les cancers du sein, du poumon, du rein, les tumeurs cérébrales et le myélome multiple), certaines pathologies rénales, ou chez les transplantés rénaux. Cette surveillance peut être également nécessaire pour évaluer l’efficacité d’un traitement par calcium ou vitamine D chez les patients ayant une calcémie anormale.
 
Une mesure du calcium urinaire peut être prescrite pour les patients présentant des symptômes évoquant des calculs rénaux, tels que des douleurs aiguës dans la zone des reins, cette douleur pouvant progresser vers le bas de l’abdomen, et/ou du sang dans les urines.
 
 
Quelle est l’interprétation du résultat ?
 
L’absorption, l’utilisation et l’élimination du calcium sont régulés par un rétrocontrôle incluant la PTH et la vitamine D. Les pathologies perturbant l’équilibre calcique et sa régulation peuvent être responsables d’une augmentation ou diminution aiguë ou chronique de la calcémie, et conduire à des symptômes d’hyper- ou hypocalcémie. 
 
Dans la plupart des cas, on mesurera la calcémie totale puisque ce dosage est plus aisé que celui de la calcémie ionisée, et ne nécessite pas de traitement particulier de l’échantillon de sang. La calcémie totale est un bon reflet du calcium libre, car le calcium libre représente environ la moitié du calcium total. En revanche, puisque la moitié du calcium est liée aux protéines, la mesure de la calcémie totale peut être influencée par une augmentation ou une diminution du taux de protéines sanguin. Dans ce cas, il est alors recommandé de mesurer directement la calcémie ionisée.
 
Calcémie normale:
Une calcémie totale ou ionisée normale est généralement le reflet d’un métabolisme et d’une régulation calciques normaux.
 
Hypercalcémie:
Les deux causes les plus fréquentes d’hypercalcémie sont:
- l’hyperparathyroïdie, qui est une augmentation de l’activité des glandes parathyroïdes: cette pathologie est souvent due à une tumeur bénigne de la glande. Cette forme d’hypercalcémie est généralement légère, et peut être présente depuis plusieurs années sans avoir été diagnostiquée.
- Les cancers: ils peuvent être responsables d’une hypercalcémie lorsqu’ils s’étendent à l’os et provoquent la libération de calcium osseux dans le sang, ou lorsqu’ils sont responsables de la synthèse d’une hormone similaire à la PTH, provoquant une augmentation du taux de calcium sanguin.
 
Les autres causes d’hypercalcémie sont les suivantes:
- Hyperthyroïdie
- Sarcoïdose
- Immobilisation prolongée
- Surdosage en vitamine D
- Transplantation rénale
 
Hypocalcémie:
La cause la plus commune d’hypocalcémie est liée à la diminution du taux de protides sanguins, plus particulièrement de l’albumine. Dans ce cas la, seul le calcium lié est diminué, la partie ionisée restant dans les normales et l’équilibre calcique reste stable.
 
Les autres causes d’hypocalcémie sont les suivantes:
- Hypoparathyroïdie
- Résistance héréditaire aux effets de la PTH
- Apports alimentaires calciques insuffisants
- Carence en vitamine D
- Carence en magnésium
- Augmentation de la phosphatémie
- Insuffisance rénale
- Malnutrition
 
La calciurie peut également être affectée par ces pathologies. En cas de calculs rénaux, la cause peut être liée à un taux élevé de calcium dans les urines. L’hypercalciurie est une maladie héréditaire qui provoque une augmentation de la concentration de calcium dans les urines, ce qui entraine la formation de cristaux dans les reins et d’autres parties de l’arbre urinaire. L’hypercalciurie héréditaire est responsable de la moitié des cas de calculs rénaux.
 
Y a-t-il d’autres choses à savoir ?
 
Chez les nouveaux-nés, particulièrement ceux prématurés ou ayant un faible poids de naissance, la calcémie ionisée est régulièrement mesurée afin de prévenir une hypocalcémie néonatale. Cette hypocalcémie est provoquée par l’immaturité des glandes parathyroïdes, et n’entraîne pas toujours de symptômes. Cette pathologie peut se résoudre spontanément, ou nécessiter une supplémentation calcique (orale ou IV).
 
La calcémie et la calciurie ne sont pas le reflet de la quantité de calcium osseux. Pour évaluer celle-ci, on pratiquera une ostéodensitométrie.
 
La prise de diurétique est la cause la plus fréquente d’hypercalcémie iatrogène.

Le contenu a été actualisé le: 26.01.2014

This website is certified by Health On the Net Foundation. Click to verify. Nous adhérons aux principes de la charte HONcode .

Pour information: vérifier ici.