Mutation du gène MTHFR

Synonymes: mutation du gène de la MTHFR
Nom officiel: mutation du gène de la méthylènetétrahydrofolate réductase
Examens apparentés: Homocystéine, B12 & Folates, Facteur V Leiden et Mutation G20210/A du gène de la Prothrombine

Dans quel but est-il prescrit ?
La recherche de la mutation du gène de la méthylènetétrahydrofolate réductase (MTHFR) est utilisée pour détecter une mutation relativement fréquente qui est associée à des concentrations sanguines modérément élevées en homocystéine. Cette recherche n’est pas systématiquement effectuée.
Elle est parfois prescrite dans le cadre d’un suivi des concentrations sanguines en homocystéine et peut être associée à d’autres examens évaluant le risque cardiovasculaire, quand une personne a des antécédents personnels ou familiaux de maladie cardiovasculaire précoce ou de thrombose. Une recherche de la mutation du gène de la MTHFR peut parfois être demandée associée à d’autres tests d’exploration d’une anomalie héréditaire de la coagulation, tels que la recherche de la mutation du  facteur V Leiden ou prothrombine 20210 pour évaluer le risque de survenue de la formation anormale de caillots sanguins (thromboses).
Alors que la recherche de la mutation du gène de la MTHFR peut être utilisée pour aider à déterminer la cause d’une hyperhomocystéinémie sanguine, l’impact des concentrations sanguines élevées en homocystéine n’est pas clairement défini. Bien que les données de certaines études indiquent que des concentrations élevées en homocystéine dans le sang contribuent à l’augmentation du risque cardiovasculaire et thrombotique, aucun lien direct n’a été établi. La mesure de la concentration sanguine en homocystéine pour évaluer le risque cardiovasculaire n’est pas encore recommandée. L’utilisation de la mesure de la concentration sanguine en homocystéine afin d’évaluer les risques cardiovasculaire, de thrombose veineuse profonde, est contestée car plusieurs études ont montré qu’il n’y a aucun bénéfice ou diminution du risque cardiovasculaire chez les personnes qui sont supplémentées en acide folique et en vitamine B12 pour réduire leur concentration sanguine en homocystéine. Cependant, la mesure de la concentration en homocystéine doit être demandée après survenue d’un accident de thrombose inexpliqué en particulier chez le sujet jeune afin en particulier d’éliminer une homocystinurie présentant un phénotype peu marqué.

Quand est-il prescrit ?
La recherche de la mutation du gène de la MTHFR peut parfois être prescrite quand une personne a des concentrations sanguines élevées en homocystéine (> 30µmol/L), surtout quand celle-ci a des antécédents personnels ou familiaux de maladie cardiovasculaire ou de maladie thromboembolique veineuse précoces. Elle peut aussi être demandée quand un parent proche possède une mutation du gène de la MTHFR.

Comment interpréter son résultat ?
Seul un petit pourcentage des cas d’hyperhomocystéinémie est dû à une cause héréditaire. Parmi celles-ci, la mutation C677T du gène de la MTHFR est la plus courante. Une cinquantaine de mutations de ce gène ont été décrites.
Si une personne possède deux copies (homozygote) de l’allèle C677T du gène de la MTHFR, alors il est probable que des concentrations sanguines élevées en homocystéine soient dues à cette mutation génétique, ou que cette mutation y contribue.
Si la recherche de la mutation du gène de la MTHFR est négative, alors l’allèle C677T n’a pas été détecté et des concentrations sanguines élevées en homocystéine sont probablement dues à une autre cause. D’autres mutations génétiques, plus rares, du gène de la MTHFR peuvent exister mais ne seront pas détectées avec ce test.
Les personnes qui ont une mutation du gène de la MTHFR associé à d’autres facteurs de risque de thrombose, tels que les mutations du gène du facteur V (facteur V Leiden), et du gène de la prothrombine (prothrombine 20210), ont un risque accru de survenue de thromboses veineuses profondes.

Y-a-t’il d’autres choses à savoir ?
Les personnes qui ont des concentrations sanguines élevées en homocystéine peuvent avoir un risque accru de développer une maladie cardiovasculaire et/ou thrombotique précoce, mais beaucoup d’entre elles, y compris celles ayant des mutations du gène de la MTHFR ne développeront jamais de maladie cardiovasculaire ou thrombotique. Le rôle de l’hyperhomocystéinémie dans le risque cardiovasculaire n’est toujours pas élucidé à ce jour.
Outre les mutations du gène de la MTHFR, il existe d’autres causes d’élévation modérées des concentrations sanguines en homocystéine, comme la carence en vitamines B6, B12 et/ou en folates; ces vitamines sont indispensables au métabolisme de l’homocystéine.
Le variant C677T est dû à une substitution d’un acide aminé l’alanine par un autre acide aminé, la valine.
L’enzyme MTHFR est impliquée dans le métabolisme des folates. Pour cette raison, les personnes qui ont une mutation du gène de la MTHFR et qui prennent des médicaments affectant le métabolisme des folates, comme le méthotrexate, sont susceptibles de voir apparaître une toxicité secondaire à ces médicaments. Une recherche de la mutation du gène de la MTHFR peut être effectuée chez une personne qui doit être traitée par du méthotrexate en vue d’ajuster les posologies et de réduire le risque de toxicité.
Les mutations du gène de la MTHFR sont une cause rare d’homocystinurie, pathologie plus souvent due à une enzyme défectueuse perturbant le métabolisme de la méthionine qui conduit à des concentrations d’homocystéine très augmentées dans le sang et l’urine, et est responsable de multiples complications. La cause la plus fréquente de cette maladie est une carence en enzyme cystathionine bêta-synthase (CBS). Les mutations du gène de la MTHFR causant une homocystinurie ne sont  pas détectées par cet examen.


Le contenu a été actualisé le: 21.02.2014

This website is certified by Health On the Net Foundation. Click to verify. Nous adhérons aux principes de la charte HONcode .

Pour information: vérifier ici.