Porphyrines

Synonymes:
Nom officiel: Nom formel : acide delta aminolévulinique (ALA) , porphobilinogène (PBG) , porphyrines
Examens apparentés:

D'un coup d'oeil

Pourquoi réaliser cet examen ?

Pour contribuer au diagnostic et parfois à la surveillance des porphyries (ensemble de troubles héréditaires impliquant des perturbations du métabolisme de l’hème, un constituant de l’hémoglobine).

 

Quand réaliser cet examen ?

Si un patient présente des symptômes évoquant une porphyrie aiguë (tels qu’une douleur abdominale, des picotements dans les mains ou les pieds, et/ou une confusion ou des hallucinations), ou une porphyrie cutanée (tels que des rougissements, des cloques (bulles), ou des lésions cicatricielles sur la peau exposée au soleil).


 

Quel échantillon est requis ?

Un prélèvement sanguin d’une veine du bras, un échantillon ponctuel d’urine, recueilli si possible pendant les symptômes et conservé à l'abri de la lumière, et un petit échantillon de selles.

Le prélèvement

Quel est l’examen réalisé ?

L’examen des porphyrines est un examen utile pour contribuer au diagnostic et à la surveillance d’un ensemble de pathologies appelées porphyries. La plupart des examens des porphyrines mesurent des dérivés de la synthèse de l’hème, un constituant de l’hémoglobine (qui est la protéine contenue dans les globules rouges leur permettant de véhiculer l’oxygène) et de certaines autres protéines. La synthèse de l’hème est un processus étape par étape qui requiert l’action séquentielle de huit enzymes différentes. Si une de ces enzymes est déficitaire, il se forme un goulot d’étranglement et les précurseurs s’accumulent dans les fluides et tissus corporels, et sont éliminés dans les urines et les selles. La nature des précurseurs qui s’accumulent dépend de la position du goulot d’étranglement.

Il existe six porphyries majeures, chacune étant associée à une enzyme déficiente particulière. La plupart des porphyries sont héréditaires sur un mode autosomique dominant, avec un gène normal et un gène pathologique. Ceci a pour conséquence une réduction d’environ 50 % de l’activité de l’enzyme concernée en rapport avec l’hème. Il y a suffisamment d’hème synthétisé pour que la personne atteinte ne devienne pas anémique, mais un ou plusieurs précurseur(s) est (sont) produit(s) en excès.

Les porphyries peuvent être classées en fonction:
1.    de l’enzyme atteinte
2.    de l’endroit du corps où l’excès de porphyrines est produit:
        •  hépatique: au niveau du foie
        •    érythropoïétique: au niveau des globules rouges
ou
3.    des signes et symptômes de la maladie (douleurs abdominales, signes neurologiques/psychiatriques, signes cutanés, ou tous ces signes ensemble)

Les porphyries à l’origine de symptômes neuropsychiatriques se déclarent par des crises aiguës qui peuvent durer des jours ou des semaines. Elles sont associées à des douleurs abdominales, des nausées, une constipation, une dépression, une confusion, des hallucinations, des convulsions. Les crises peuvent être déclenchées par plusieurs médicaments (comme des anti-convulsivants, des antibiotiques, des hormones) ou par des facteurs environnementaux (comme un changement de régime alimentaire, un stress, une exposition à des substances toxiques).

Les porphyries cutanées (touchant la peau) sont associées à une photosensibilité. L’exposition au soleil, même à travers une vitre, est toxique pour la peau du patient. Cela peut causer des rougeurs, un gonflement et une sensation de brûlure chez certains patients, alors que pour d’autres patients, cela provoque des cloques (bulles), un épaississement de la peau, une hyperpigmentation (la peau s’assombrit), et parfois des lésions cicatricielles.

Les porphyries à crises aiguës (neuropsychiatriques) comportent:

-  la porphyrie aiguë intermittente (PAI), la plus fréquente des porphyries neurologiques,
-    la porphyrie variégata (PV), qui comprend à la fois des symptômes neurologiques et une photosensibilité,
-    la coproporphyrie héréditaire (CPH), qui peut présenter des symptômes neurologiques, une photosensibilité, ou les deux.

Les porphyries cutanées (de la peau) comprennent:

-    la porphyrie cutanée tardive (porphyria cutanea tarda) (PCT), la porphyrie la plus fréquente; contrairement aux autres porphyries, la majorité des cas est due à une déficience enzymatique acquise causée par une dysfonction du foie.
-    la protoporphyrie (aussi appelée protoporphyrie érythropoïétique), qui se déclare typiquement pendant l’enfance ou l’adolescence; la peau exposée au soleil rougit, ce qui s’accompagne de brûlures et de démangeaisons, mais les lésions cicatricielles sont rares.
-    la porphyrie érythropoïétique congénitale (PEC), une pathologie autosomique récessive très rare; au fil du temps, l’extrême photosensibilité conduit à des lésions cicatricielles sévères et étendues des zones exposées à la lumière.

Exceptionnellement, un patient peut présenter deux porphyries différentes, ou une déficience homozygote d’une enzyme qui amène à une forme plus sévère de porphyrie.



Examens possibles
Les laboratoires de biologie médicale examinent les porphyrines et leurs précurseurs dans les urines, le sang, les selles. Ces examens sont les suivants:
-    porphobilinogène (PBG) dans les urines, et plus rarement l’acide delta aminolévulinique (ALA) dans les urines
-    les porphyrines dans les urines, les selles, ou le sang.

Les laboratoires spécialisés peuvent proposer d’examiner une ou plusieurs enzyme(s) affectée(s). L’enzyme la plus fréquemment examinée est la porphobilinogène désaminase (PBG-D) dans les globules rouges, utile pour les patients atteints de porphyrie aiguë intermittente. Les centres spécialisés peuvent proposer de rechercher des mutations génétiques chez les patients ayant un diagnostic non équivoque de porphyrie ou chez ceux dont un membre de la famille a eu précédemment un diagnostic confirmé de porphyrie.
 

Comment l’échantillon est-il recueilli pour l’examen ?

L’échantillon recueilli dépend de l’examen demandé. Cela peut être l’un ou plusieurs de ceux-ci:
- un prélèvement de sang d’une veine du bras à l’aiguille,
- un échantillon ponctuel d’urine (l’urine doit être à l’abri de la lumière pendant le recueil),
- un échantillon de selles fraîches, non contaminé par de l’urine ou de l’eau.
 

L'examen de biologie médicale

Comment est-il utilisé ?

L’examen des porphyrines contribue au diagnostic des porphyries, et parfois à leur surveillance. Puisque les symptômes de ces pathologies ne sont pas spécifiques et peuvent être vus dans plusieurs autres maladies, l’examen des porphyrines est également utile pour éliminer la présence d’une porphyrie chez quelqu’un qui présente des symptômes neuropsychiatriques ou cutanés.

Pour les crises aiguës, le porphobilinogène (PBG) et plus rarement l’acide delta aminolévulinique (ALA) peuvent être demandés sur un échantillon ponctuel d’urine. L’urine doit être recueillie pendant les symptômes, car les concentrations peuvent n’être anormales qu’à ce moment-là. Les urines doivent être protégées de la lumière. Si le résultat est positif, les porphyrines fécales peuvent être requises pour distinguer une porphyrie variégata d’une coproporphyrie héréditaire.

Pour les porphyries cutanées (de la peau), les porphyrines du sang total, du plasma, et urinaires sont les examens les plus fréquemment demandés. Ils contribuent au diagnostic d’une porphyrie et peuvent être utiles pour surveiller le traitement.

 

Quand est-il demandé ?

Le PBG peut être demandé sur un échantillon ponctuel d’urine si un patient présente des symptômes évocateurs d’une porphyrie aiguë, comme des douleurs abdominales, des nausées, une constipation, une neuropathie périphérique (picotements, engourdissement, ou douleur des mains et des pieds), une faiblesse musculaire, une rétention urinaire (l’urine ne s’écoule pas normalement), une confusion, des hallucinations. Si l’examen est positif, le dosage de porphyrine fécale peut être utile pour faire la distinction entre les porphyries.

Selon l’âge du patient et ses symptômes, l’examen du sang et des urines peut être prescrit quand un patient présente des cloques (bulles), des lésions cicatricielles, des rougeurs, ou d’autres lésions de la peau dans les zones exposées au soleil.

Un examen enzymatique peut être demandé pour confirmer le diagnostic de porphyrie et pour identifier les membres de la famille d’un patient connu qui peuvent avoir hérité de la pathologie, mais n’ont pas encore développé de signes ou symptômes.

 

Que signifie le résultat ?

L’interprétation des résultats d’examen des porphyrines doit se faire avec précaution. Certaines porphyrines ou leurs précurseurs peuvent être légèrement ou modérément élevés chez des patients ayant d’autres pathologies. En outre, les quantités d’ALA, PBG et porphyrines peuvent retomber à des valeurs proches de la normale entre les crises d’une porphyrie neurologique. Bien qu’un examen négatif signifie qu’il est peu probable que les symptômes d’un patient soient en lien avec une porphyrie, des résultats initialement positifs doivent être confirmés par un examen ultérieur.

Le PBG est significativement augmenté chez la plupart des patients atteints de porphyrie aiguë. L’ALA est moins spécifique que le PBG, car il peut être également élevé dans d’autres situations. Des porphyrines spécifiques sont élevées dans chacune des porphyries, et le profil d’élévation (quelle porphyrine est élevée dans quel échantillon) détermine le diagnostic. Les porphyrines urinaires, du sang et des selles peuvent être augmentées jusqu’à plusieurs fois la normale dans plusieurs autres situations. L’interprétation des profils peut être difficile, et doit être réalisée par un médecin ou un biologiste expert dans ce domaine.

Un examen anormal d’enzyme ou la détection d’une mutation d’un gène indique qu’un membre de la famille a hérité d’une porphyrie. Cependant, les examens enzymatiques et génétiques ne peuvent pas déterminer si l’individu va développer des symptômes de porphyrie ou, s’il en a, leur sévérité. Heureusement, la plupart des porteurs de mutation de gène n’auront jamais de crise.

Les résultats obtenus pour les porphyries spécifiques sont les suivants:

 

Type de porphyrie

ALA et PBG urinaires

Porphyrines urinaires

Porphyrines fécales

Porphyrines érythrocytaires (globules rouges)

Porphyrie aiguë intermittente

Augmentés

URO augmentées*

Normales

Normales

Porphyrie variégata

Augmentés

COPRO augmentées

PROTO et COPRO augmentées

Normales

Coproporphyrie héréditaire

Augmentés

COPRO augmentées

COPRO augmentées

Normales

Porphyrie cutanée tardive

Normaux

URO, 7-carboxyl augmentées

Isocoproporphyrine augmentée

Normales

Protoporphyrie

Normaux

Normales

PROTO augmentées

PROTO augmentées (protoporphyrine à zinc)

Porphyrie érythropoïétique congénitale

Normaux

URO, COPRO augmentées

COPRO augmentées

COPRO augmentées

URO = uroporphyrines; COPRO = coproporphyrines; PROTO = protoporphyrines

* peuvent n’être augmentées que pendant les crises

 

Y a-t-il autre chose que je devrais savoir ?

Un certain nombre de médicaments, l’alcool, et d’autres facteurs environnementaux comme les régimes, le stress, une maladie, peuvent déclencher des crises de porphyrie neurologique chez les patients atteints d’une pathologie latente ou inactive (voir « Liens » pour plus de précisions sur les médicaments).

 

Les femmes sont plus à risque, à cause de l’effet déclencheur des hormones féminines, notamment la progestérone, et les crises peuvent être liées au cycle menstruel. Les contraceptifs oraux et les traitements hormonaux substitutifs contenant de la progestérone ou de proches composants (progestatifs) doivent être évités, dans la mesure du possible, par les femmes atteintes de porphyrie aiguë.

 

Dans le même ordre d’idée, l’exposition au soleil provoquera des lésions de la peau chez les patients atteints de porphyrie cutanée. Le meilleur moyen de minimiser les conséquences de la porphyrie est de changer son mode de vie pour éviter les facteurs aggravants.

Questions fréquentes

Une porphyrie latente affectera-t-elle ma santé ?

Dans la plupart des cas, la réponse est non, et la porphyrie restera silencieuse. Cependant, il est important de savoir que vous êtes atteint d’une porphyrie latente si vous avez une histoire familiale pour que votre médecin puisse adapter un traitement médicamenteux, de manière à éviter les médicaments et les circonstances qui pourraient déclencher des symptômes de votre porphyrie.
 

Liens

http://www.porphyrie.net/ : site du Centre Français des Porphyries


http:// http://www.drugs-porphyria.org/languages/France/index.php?l=fra:
 site de la base de données des médicaments pour les porphyries