Sérologie principe

Synonymes:
Nom officiel: Sérologie
Examens apparentés:

Qu'est-ce qu'une sérologie ?

Les anticorps font partie du système immunitaire de l'organisme. Ce sont des protéines appeléesimmunoglobulines qui aident à protéger les personnes contres des agents microscopiques tels que les virus, les bactéries, les produits chimiques ou les toxines. Chaque anticorps est une protéine unique. Il est créé pour reconnaître une structure spécifique sur une cellule ou une particule étrangère envahissante. Cette structure spécifiquement reconnue est appelée antigène. Les anticorps se fixent sur les antigènes, créant des complexes antigène-anticorps (complexes immuns) qui servent de signaux pour le reste du système immunitaire afin de détruire la cellule ou la particule.

Il existe cinq classes différentes d'immunoglobulines (IgM, IgG, IgE, IgA et IgD). Les trois classes les plus fréquemment recherchées et dosées sont les IgM, IgG, et IgE. Les anticorps IgM et IgG permettent ensemble d'apporter à court et à long terme une protection contre l'infection. Les anticorps IgE sont principalement associés aux allergies.

La première fois que quelqu'un est exposé à une substance étrangère, comme un virus ou une bactérie, le système immunitaire peut mettre jusqu'à deux semaines pour produire des anticorps et en quantité suffisante pour combattre l'infection. Cette réponse initiale se compose principalement d'anticorps IgM. Plusieurs semaines après, généralement quand l'infection est guérie, l'organisme produit des anticorps IgG. Il mémorise la stratégie de lutte contre le micro-organisme et maintient une petite quantité d'anticorps (un mélange d'IgM et d'IgG). Si le corps est exposé une deuxième fois à cette même substance étrangère, il va réagir plus fortement et plus rapidement, pour assurer la protection de l'organisme via les anticorps principalement IgG.

Les vaccins sont conçus pour déclencher la production d'anticorps avant l'exposition à un micro-organisme potentiellement infectieux. Les vaccins utilisent soit une version affaiblie du micro-organisme (qui ne peut pas provoquer d'infection), ou une protéine isolée qui imite la structure d'un antigène présent à la surface du micro-organisme. Ainsi, le vaccin permet une exposition initiale sûre pour générer une protection contre une infection future. Les vaccins génèrent une réponse immunitaire initiale qui produit des anticorps IgM puis une réponse secondaire produisant des anticorps IgG. Les anticorps générés par les vaccins fournissent à long terme, une protection rapide (appelée immunité). Des injections supplémentaires de rappel sont parfois administrées après la première vaccination pour augmenter la concentration en anticorps dans le sang pour atteindre un niveau considéré comme conférant une protection suffisante (une immunité suffisante).

Une production d'anticorps appropriée et ciblée dépend de la capacité du corps à faire la distinction entre lui-même et les substances étrangères et à identifier correctement celles qui représentent une menace.

Normalement, le système immunitaire d'une personne apprend à identifier et à ignorer les antigènes qui sont présents sur les organes, les tissus et les cellules de son organisme. Parfois, cependant, il identifie par erreur une partie de son propre corps comme étrangère et produit des anticorps. Ces auto-anticorps déclenchent une réaction inflammatoire qui tente de détruire les propres tissus du corps, de la même façon qu'il le ferait pour une substance étrangère. Une réaction auto-immune peut affecter un seul organe (comme la thyroïde) ou être systémique, affectant de nombreux tissus ou organes. Ces réponses induites par des auto-anticorps se traduisent par des affections auto-immunes appelées maladies auto-immunes.

Les anticorps peuvent également déclencher des réponses immunitaires liées à des transfusions sanguines ou à des transplantations d'organes. Bien que les patients reçoivent du sang ou des organes qui correspondent le mieux à leur propre sang ou tissus, cette adéquation n'est pas toujours parfaite. Les antigènes d'un donneur de sang administrés lors d'une transfusion sanguine peut stimuler une réaction immunitaire appelée réaction transfusionnelle. Tous les patients recevant du sang d'un donneur doivent être surveillés attentivement afin de repérer l'apparition des symptômes de la réaction transfusionnelle. Les antigènes présents sur un organe transplanté (provenant d'un donneur) peuvent stimuler une réponse immunitaire et conduire à un rejet d'organe. Les patients transplantés sont traités avec des médicaments pour inhiber le système immunitaire afin d'éviter un rejet de l'organe transplanté.

Parfois, le système immunitaire d'une personne peut répondre à des substances étrangères qui ne représentent aucune menace et ne génèrent généralement pas de réponse immunitaire chez la plupart des gens. Ces réactions immunitaires sont appelées allergies (ou hypersensibilités) et impliquent la production d'anticorps IgE. Les substances étrangères qui déclenchent des réactions allergiques comprennent les aliments, les pollens, les moisissures et les poils d'animaux. Il existe de nombreux types d'allergies et les réactions allergiques peuvent aller de légères irritations à des réactions graves potentiellement mortelles.


Le contenu a été actualisé le: 23.02.2015

This website is certified by Health On the Net Foundation. Click to verify. Nous adhérons aux principes de la charte HONcode .

Pour information: vérifier ici.