Typage HLA

Synonymes: Typage HLA; typage tissulaire; test d'histocompatibilité;
Nom officiel: Human Leukocyte Antigen
Examens apparentés: Groupe sanguin, HLA-B27

Dans quel but est-il prescrit ?
La principale indication du typage HLA est  de faire correspondre une greffe organe ou tissu pour un receveur avec un donneur compatible. Chaque type de transplantation nécessite différents niveaux de compatibilité entre le donneur et le receveur. Ceci va déterminer quel type d’analyse HLA sera faite et quel gène HLA sera demandé.
 
Il y a typiquement trois composantes dans le typage HLA pour déterminer la compatibilité:
Typage HLA du donneur et du receveur, cette étape  implique d’identifier les allèles HLA. La technique  peut être sérologique ou moléculaire (ADN). Les membres de la famille qui sont volontaires pour donner de la moelle osseuse ou un organe sont testés pour voir s'ils sont compatibles pour le parent qui a besoin d’une greffe. Si vous voulez vous rendre disponible pour faire un don de moelle osseuse pour quelqu’un qui en a besoin, vous pouvez vous mettre en contact avec l’agence de Biomédecine (http://www.dondemoelleosseuse.fr/). Le typage HLA sera réalisé dans un laboratoire proche de chez vous puis le résultat sera conservé dans la base de données nationales, pour être comparé aux résultats des patients qui ont besoin d’une greffe de moelle osseuse.
Dépistage des anticorps anti-HLA du receveur.  Cette recherche est réalisée chez le receveur pour déterminer s'il a des anticorps présent dans la circulation qui viseraient le tissu ou l’organe greffé. Certaines personnes ont des anticorps anti- HLA spécifiques qu’elles ont développés après une exposition à un antigène du « non soi ». Il y a essentiellement trois raisons à cette exposition d’antigènes du non soi: la grossesse, en particulier majoré après plusieurs grossesses  (lié à l’exposition au HLA du père qui ont été transmis au fœtus), la transfusion de sang ou de plaquettes, ou une précédente greffe. Une fois présent, les anticorps anti HLA  doivent être considérés, parce qu'ils pourraient potentiellement attaquer les tissus du donneur qui a le HLA correspondant. La recherche des anticorps anti HLA est réalisée régulièrement et mise à jour pour déterminer si la personne en attente pour un organe « compatible » développe des anticorps anti HLA en plus. L’évaluation des anti-HLA peut également être utilisée après la greffe afin de déterminer si le bénéficiaire a developpé des anticorps nouveaux ou un niveau d’anticorps accrus contre le donneur (on parle alors de DSA).
Le cross match. Cette étape survient lorsqu’un donneur potentiel est identifié. Elle aide à déterminer si le receveur a des anticorps contre les antigènes présents sur les lymphocytes du donneur. Le sérum du receveur est mélangé avec les globules blancs du donneur. Lorsque qu’une réaction est détectée (lyse), cela indique qu’il y a probablement une incompatibilité. Le résultat du cross match doit toujours être interprété avec les informations connues concernant les anticorps spécifiques anti HLA du receveur et le typage HLA du donneur.
 
Quelque fois, le typage HLA est réalisé pour aider au diagnostic de certaines maladies auto immunes. Le système HLA est impliqué dans la reconnaissance des antigènes du « soi » et du « non soi » par les globules blancs et donc dans réponse immunitaire. Il arrive que l’organisme réponde de façon inappropriée contre ses propres cellules, créant des auto-anticorps, qui induisent une maladie auto-immune. Certains allèles HLA ont été associés à des maladies auto immunes.
 
 
Quand est il prescrit ?
Lors d’une transplantation, chez le receveur. Les anticorps anti HLA et le typage HLA sont demandés la première fois que l’on détermine qu’un patient a besoin d’un organe ou d’une greffe de moelle osseuse. Sauf dans le cas d’une greffe de moelle osseuse, où  la recherche des anticorps n’est pas faite. Les résultats HLA ne changent pas, ils sont définitifs.
 
La recherche d’anticorps anti HLA peut être faite régulièrement et après certains évènements (grossesse ou la transfusion de sang), pour voir si le receveur a développé de nouveaux anticorps anti-HLA. Parfois les anti-HLA se développent chez ceux qui reçoivent fréquemment des transfusions de sang ou de plaquettes. L’identification et le suivi périodique des anticorps peuvent être nécessaires. L’évaluation des anti-HLA est aussi utilisée après la transplantation, pour déterminer si le receveur a développé de nouveau ou augmenté la concentration d’anticorps contre les antigènes du donneur et donc de l’organe transplanté. La présence d’anticorps contre les antigènes du donneur, ainsi que d'autres évaluations telles qu’un échantillon de biopsie de tissu de l'organe transplanté, peuvent indiquer que le receveur rejette l'organe transplanté. Cette information est importante pour le médecin pour évaluer et traiter le rejet.
 
Lors d’une transplantation avec un donneur vivant. Le typage HLA est réalisé chez les membres de la famille qui se sont portés volontaires pour le don et vérifier s'ils sont compatibles avec un parent qui a besoin d’une greffe de rein, foie, poumon, moelle osseuse, ou un autre type de transplantation. Le typage HLA est aussi réalisé chez des personnes non parentes qui souhaitent devenir donneur de moelle osseuse par le registre des donneurs. Quand un organe est issu d’un donneur décédé, le typage HLA est réalisé le plus vite possible. Il est enregistré par l’agence de la Biomédecine et un listing des receveurs compatibles est édité. La viabilité de l’organe ou des tissus varie de quelques heures à deux jours.
 
Le cross-match est effectué après qu’un receveur potentiel ait été identifié par son typage HLA. Ce test est réalisé juste avant que l’organe soit transplanté pour s’assurer qu’il n’y a pas d’incompatibilité. Dans le cas d’un don d’organe du vivant, le cross-match est généralement réalisé plusieurs fois, quand le donneur est initialement identifié et juste avant la procédure de transplantation.
 
 
Comment interpréter son résultat ?
Les antigènes spécifiques sont identifiés au cours du typage HLA pour la transplantation d’organe ou de tissus. Les gènes et /ou les antigènes du receveur de greffe sont comparés à ceux du donneur potentiel. Les résultats nous indiquent combien d’antigènes compatibles ou incompatibles sont présents. Plus le nombre d’antigènes correspondront, meilleure sera la réussite de la greffe. « zéro mismatch » indique que le donneur est HLA compatible avec le receveur et il y a donc une meilleure probabilité que l’organe ou le tissu ne soit pas rejeté par le receveur.
 
L’absence d’anticorps anti HLA contre le HLA du donneur est très importante. Il ne faut pas apporter les antigènes contre lesquels le receveur s’est immunisé. Un patient avec anticorps, doit être considéré avec attention car le risque de rejet est plus élevé.
Une réaction positive au cross-match est généralement une contre indication à la greffe. Si elle est autorisée c’est une transplantation à risques.
 
 
Y a-t-il d’autres choses à savoir ?
Le typage HLA est réalisé dans des laboratoires spécialisés dans l’histocompatibilité et l’immunogénétique. L’histocompatibilité implique de voir si le donneur et le receveur ont un système HLA compatible. L’immunogénétique est l’étude des relations entre le système immunitaire, la génétique et le développement de maladie.

Le contenu a été actualisé le: 18.08.2014

This website is certified by Health On the Net Foundation. Click to verify. Nous adhérons aux principes de la charte HONcode .

Pour information: vérifier ici.