Anémie ferriprive

L'anémie ferriprive est la cause la plus fréquente d’anémie. Les symptômes sont liés à la diminution de la concentration de l'hémoglobine par manque de fer. Les signes et symptômes les plus communs incluent: une sensation de faiblesse, de fatigue, et un manque d'énergie.

Les symptômes qui sont typiques de la carence en fer et qui peuvent apparaître lorsque les réserves en fer de l’organisme diminuent comprennent: des ongles cassants ou en forme de cuillère, des fissures ou des ulcères aux coins de la bouche (perlèche) ou un besoin anormal d’ingérer des substances non alimentaires telles que de la glace ou de la terre (également connu sous le nom de "pica").

Le fer est un oligoélément essentiel et nécessaire pour la production des globules rouges. C’est un composant de l'hème, qui fait lui-même partie de l'hémoglobine. L’hémoglobine est la protéine contenue dans les globules rouges qui se lie à l'oxygène et leur permet de transporter l'oxygène dans tout le corps. S’il n’y a pas assez de fer absorbé par l’organisme, le fer qui est stocké dans le corps sera utilisé. Si ces réserves en fer sont faibles, la personne produira moins de globules rouges qui contiendront moins d'hémoglobine, ce qui entraîne une anémie.

Les principales causes de carence en fer incluent:
• Les saignements- si le saignement est excessif ou se produit sur une longue période de temps (saignement chronique), le corps ne peut ingérer suffisamment de fer ou et n’a pas assez de fer stocké pour produire l'hémoglobine des globules rouges en quantité suffisante pour remplacer ce qui est perdu. Chez les femmes, la carence en fer peut être due à des règles abondantes, mais chez les hommes et les femmes âgées, le saignement est souvent dû à une maladie de l'intestin telle que les ulcères ou le cancer.
• La carence alimentaire- La carence en fer peut être due à une insuffisance d’apport de fer dans l'alimentation. Chez les enfants et les femmes enceintes en particulier, l’organisme a besoin de plus de fer; les femmes enceintes et celles qui allaitent, développent fréquemment cette carence car le bébé nécessite de grandes quantités de fer pour sa croissance. Le manque de fer peut conduire à des bébés de faible poids à la naissance et à un accouchement prématuré. On administre fréquemment du fer aux femmes en âge de procréer ou aux femmes enceintes pour prévenir ces complications. Les bébés qui sont allaités avec le lait d’une mère anémique ont tendance à présenter aussi une anémie ferriprive.
• Les problèmes d'absorption- Certaines situations affectent l'absorption du fer alimentaire dans le tractus gastro-intestinal (GI) et peuvent entraîner une anémie au cours du temps. Il s'agit, par exemple, de la maladie cœliaque, de la maladie de Crohn, d’un manque d'acide dans l'estomac ("achlorhydrie") ou d’une intervention chirurgicale qui a enlevé une partie de l'intestin.

Les examens de laboratoire
Les premiers tests sanguins comprennent généralement une numération sanguine. Les résultats peuvent montrer les éléments suivants:
• L’hémoglobine (Hb)-peut être normale au début de la maladie, mais diminue à mesure que l'anémie s'aggrave.
• Les indices érythrocytaires-Au tout début, les globules rouges peuvent avoir une taille et une teinte normales (anémie normocytaire, normochrome), mais quand l'anémie progresse, les globules rouges deviennent plus petits (microcytaires) et plus pâles (hypochromes) que la normale.
o Le volume globulaire moyen des globules rouges (VGM), peut être diminué
o La concentration corpusculaire moyenne en Hb dans les globules rouges (CCMH)-peut être diminuée
o Il y a augmentation de la variation de la taille des globules rouges (Indice de distribution des globules rouges ou « IDR »)

Le frottis sanguin peut montrer des globules rouges qui sont plus petits et plus pâles que la normale ainsi qu’une variation de leur taille (anisocytose) et parfois de leur forme (poïkilocytose). Les anomalies des globules rouges peuvent inclure la présence de cellules cibles et des annulocytes. Le frottis sanguin peut également donner des indices sur les causes de l'anémie.

Si votre médecin soupçonne que votre anémie est due à une carence en fer, il peut prescrire plusieurs examens complémentaires pour confirmer la carence en fer. Il peut s'agir:
• Du fer sérique- Mesure de la concentration en fer dans le sang qui est généralement diminuée. Il est important que les patients soient à jeun avant de pratiquer ce dosage, sinon le résultat peut être faussement élevé. Le dosage isolé du fer sérique n’est cependant pas un bon examen pour déceler une carence en fer car il peut varier selon les périodes de la journée (cycle nycthéméral) et ce que vous avez mangé.
• De la capacité totale de fixation du fer (CTF) ou de la Capacité Latente de Fixation du fer (CLF)-Ce sont des calculs effectués à partir du dosage de la protéine (transferrine) qui transporte le fer dans le sang. On observera une augmentation.
• Du coefficient de saturation de la transferrine (rapport entre le fer sérique et capacité totale de fixation du fer). Un rapport inférieur à 15% peut indiquer une carence en fer.
• De la ferritine, une protéine qui reflète la quantité de fer stockée dans l’organisme et qui est généralement abaissé au cours de l'anémie. La ferritine est considérée comme le marqueur le plus spécifique pour identifier l'anémie ferriprive, sauf si une infection ou une inflammation sont présentes.

 Toutes les examens sanguins en rapport avec le fer peuvent être influencés par d'autres maladies ou certains facteurs et ils doivent être interprétés avec prudence. Parfois, ils indiquent clairement la carence en fer, parfois ils ne sont pas clairs, et parfois ils peuvent être trompeurs et inutiles.

Si la carence en fer est en rapport avec une perte de sang anormale, comme des saignements chroniques de l'intestin, alors d'autres examens peuvent être effectués, y compris une coloscopie pour objectiver des saignements intestinaux.

Une recherche d’Helicobacter pylori permet dans certains cas de détecter la bactérie responsable d’ulcères du tube digestif et qui peut être une cause de saignements chroniques. Les analyses sérologiques montrant la présence d’anticorps dirigés contre Helicobacter peuvent cependant être trompeuses, et l'examen des selles pour rechercher la bactérie (recherche de l'antigène d’Helicobacter fécal) peut être utilisé à la place.

Si un de ces tests est positif, ou si on soupçonne fortement une hémorragie digestive, on peut alors pratiquer des examens tels que l'endoscopie ou la coloscopie pour trouver le lieu de l'hémorragie, afin de pouvoir la traiter.

Le traitement de la carence en fer consiste généralement en une supplémentation en fer, administrée par voie orale. Chez les patients ne tolérant pas cette thérapeutique ou qui ne peuvent pas absorber le fer, on peut donner cette supplémentation par perfusion intraveineuse. Si l’on soupçonne qu’une perte de sang anormale est à l’origine de la carence en fer, des tests supplémentaires seront souvent nécessaires pour déterminer la raison de l'hémorragie. Lorsque la cause sous-jacente est détectée et traitée, l'anémie habituellement disparaît.

Certaines formes d'anémie hémolytique peuvent induire une carence en fer.

SuivantPrécédent
Le contenu a été actualisé le:  26.02.2013

This website is certified by Health On the Net Foundation. Click to verify. Nous adhérons aux principes de la charte HONcode .

Pour information: vérifier ici.