ECA

Synonymes: Enzyme de Conversion de l’Angiotensine, Dipeptidyl-dipeptidase A (EC-3.4.15.1)
Nom officiel: Enzyme de conversion de l'angiotensine I
Examens apparentés: BAAR : coloration et culture, Bilan hépatique, NFS, Calcium

Qu'est-ce qui est analysé ?
L’enzyme de conversion de l’angiotensine (ECA) est une enzyme qui intervient dans le contrôle de la pression artérielle. Elle catalyse la conversion de l’angiotensine I (un peptide inactif) en angiotensine II, qui est un puissant vasoconstricteur (en contractant les parois des artères, il tend à augmenter la pression du sang qui s’écoule dans ces vaisseaux). L’ECA est localisée à la face interne de tous les vaisseaux (artères, veines et capillaires) ; elle est donc distribuée dans l’organisme entier, mais elle est particulièrement concentrée dans les poumons (par leur grande vascularisation ils assurent la plus grande partie de la conversion de l’angiotensine I en angiotensine II). Une partie de l’ECA de la paroi vasculaire se retrouve dans le plasma sanguin où elle est active ; c’est pourquoi on peut la mesurer à partir d’un prélèvement sanguin.

L’activité ECA du plasma (ou du sérum) est assez stable au cours de la vie, sinon qu’elle augmente pendant l’adolescence, et plus chez les garçons que chez les filles, pour se stabiliser à l’âge adulte, puis elle tend à diminuer en vieillissant. La production d’ECA dans le plasma sanguin est régulée génétiquement, puisqu’en particulier un polymorphisme d’insertion/délétion, localisé dans un intron du gène de l’ECA, rend compte de près de 50 % de la variabilité phénotypique (dont l’activité ECA plasmatique). Le génotype homozygote d’insertion (I/I) donne les valeurs les plus faibles, celui de délétion (D/D) les plus fortes, et à l’hétérozygotie (I/D) est associée des valeurs intermédiaires. Ce polymorphisme génétique explique, au moins en partie, les fourchettes très larges des valeurs de référence.

L’ECA peut être aussi produite par les macrophages activés dans les processus granulomateux, en particulier dans les granulomes de la sarcoïdose, une maladie d’origine encore inconnue et qui affecte surtout les poumons, mais parfois aussi la peau, les yeux, les articulations, les muscles, le système nerveux, le rein, le foie, l’intestin… La sarcoïdose, sous sa forme pulmonaire et cutanée, est aussi appelée maladie de Besnier-Boeck-Schaumann (BBS). Le cliché radiographique du thorax peut montrer une image de tuberculose, ou parfois d’un réel tubercule allant jusqu’à comprimer le cœur, mais le plus souvent il s’agira de nodules dans le médiastin (autour du cœur). Il n’est pas rare que le diagnostic de sarcoïdose se fasse à partir d’une visite de médecine préventive avec cliché thoracique. De 50 à 80 % des patients atteints d’une sarcoïdose aiguë présentent une ECA sérique augmentée, qui peut diminuer, ou augmenter de nouveau, selon la sévérité et l’évolution de la maladie. La sarcoïdose peut évoluer vers une fibrose pulmonaire puis une insuffisance respiratoire, mais le plus souvent elle régresse soit spontanément, soit après une corticothérapie de quelques mois. Ce traitement fait généralement diminuer l’ECA sérique. Les granulomes, la fibrose et l’élévation de l’ECA sont retrouvés dans d’autres affections comme la lèpre et la tuberculose, ou encore la maladie du poumon « du fermier » ou « de l’éleveur de pigeons ». On retrouve aussi des granulomes et des concentrations d’ECA parfois élevés dans les intoxications au béryllium (bérylliose), à l’amiante (asbestose) ou à la silice (silicose). Néanmoins, dans ces maladies, l’ECA sérique est plus rarement augmentée que dans la sarcoïdose et de façon moins importante.

D’autres tests peuvent être demandés conjointement :
- un test de Kveim (réaction cutanée à l’injection intradermique d’antigènes sarcoïdosiques) : ce test n’est plus guère utilisé ; la sarcoïdose négative souvent le test tuberculinique.
- un cliché radiographique du thorax, une scintigraphie au 67Ga, une fibroscopie bronchique, des examens fonctionnels respiratoires…
- le lysozyme sérique : il peut être augmenté dans la sarcoïdose, mais moins que l’ECA.
- le calcium et la vitamine D : la sarcoïdose s’accompagne parfois d’une hypercalcémie vitamine D-dépendante (augmentation du calcium et de la vitamine D  dans le sang).
- les immunoglobulines sériques : elles sont souvent augmentées dans cette maladie, sans aspect de monoclonalité (pic anormal à l’examen des protéines sériques par électrophorèse).
- la recherche du bacille de Koch, d’autres mycobactéries, de champignons par des mises en culture spécifiques.

 

Comment l'échantillon est-il recueilli ?
L'échantillon sanguin est prélevé en insérant une aiguille dans une veine de votre bras, au pli du coude généralement.


Le contenu a été actualisé le: 18.03.2013

This website is certified by Health On the Net Foundation. Click to verify. Nous adhérons aux principes de la charte HONcode .

Pour information: vérifier ici.