Variants d'hémoglobine fréquents

  •  L’hémoglobine S: c’est l’hémoglobine principale chez les patients atteints de drépanocytose. La mutation est plus fréquente chez les populations d’origine africaine: environ 10% des antillais seraient porteurs de la mutation de l’hémoglobine S sur un de leurs deux gènes bêta. En France, 230 enfants naissent chaque année atteints de drépanocytose, et on compte environ 5000 patients atteints de drépanocytose.
    Les patients atteints de la maladie de l’hémoglobine S ont deux chaînes bêta anormales (« bS » ou « HbS ») et deux chaînes alpha (« a») normales. La présence d’hémoglobine S entraîne une déformation des globules rouges qui prennent une forme en faucille quand ils sont exposés à des concentrations diminuées d’oxygène (comme cela peut se produire lors d’infections ou sous anesthésie générale). Les globules rouges en faucille entraînent:
    o Une hémolyse (la destruction prématurée des globules rouges) responsable de faibles taux d’hémoglobine (anémie) et d’une augmentation de la bilirubine (produit de dégradation de l’hémoglobine). La bilirubine entraîne la coloration de la peau et du blanc des yeux en jaune, appelée ictère.
    o L’obstruction des petits vaisseaux sanguins, responsable de troubles de la circulation pouvant entraîner des accidents vasculaires cérébraux (AVC), des douleurs osseuses, des douleurs thoraciques, le raccourcissement de la respiration à cause de micro-caillots dans les poumons, un gonflement prolongé et douloureux du pénis (priapisme) ou chez les enfants un gonflement de la rate. Chez les adultes, l’obstruction répétée de l’afflux de sang à la rate entraîne souvent une perte de cet organe.
    Une seule copie du gène de l’Hb S ne cause pas de symptôme, sauf si elle est combinée à une autre mutation de l’hémoglobine, telle que celle responsable de l’Hb C (bC).
    L’hémoglobine C: Environ 2 à 3% des descendants d’africains de l’ouest sont hétérozygotes pour l’hémoglobine C (ont une seule copie de bC). La maladie causée par l’hémoglobine C (vue chez les homozygotes – ceux qui ont deux copies de bC) est rare et relativement discrète. Cela entraine généralement une légère anémie hémolytique et une augmentation faible à modérée de la taille de la rate.
    • L’hémoglobine E: l’hémoglobine E est un des variants d’hémoglobine les plus fréquents dans le monde. Il est très courant en Asie du Sud-Est, notamment au Cambodge, au Laos et en Thaïlande. Les personnes homozygotes pour l’hémoglobine E (qui ont deux copies de bE) ont généralement une anémie hémolytique discrète (les globules rouges se « cassent »), des globules rouges microcytaires (plus petits), et une augmentation discrète de la taille de la rate. Une seule copie du gène de l’hémoglobine E n’entraîne pas de symptômes sauf si elle est associée à une autre mutation, telle que celle du trait bêta-thalassémique.

Variants d'hémoglobine moins fréquents
Il existe beaucoup d’autres variants. Certains sont silencieux – n’entraînant aucun signe ou symptôme – tandis que d’autres perturbent la fonctionnalité et/ou la stabilité de la molécule d’hémoglobine. Exemples d’autres variants: l’hémoglobine D, l’hémoglobine G, l’hémoglobine J, l’hémoglobine M, et l’hémoglobine Constant Spring (une mutation du gène alpha de la globine responsable d’une chaîne alpha anormalement longue et d’une molécule d’hémoglobine instable).


D’autres exemples de variants de la chaine bêta:
   • L’hémoglobine F: L’Hb F est la principale hémoglobine produite par le fœtus, son rôle est de transporter efficacement l’oxygène dans un environnement pauvre en oxygène. La production d’Hb F cesse à la naissance pour atteindre les valeurs de l’adulte vers l’âge de 1 à 2 ans. L’Hb F peut être augmentée dans plusieurs maladies congénitales. Les taux peuvent être normaux ou élevés dans les bêta-thalassémies et sont souvent augmentés chez les individus atteints de drépanocytose et dans la drépano-bêtathalassémie. Les individus ayant une drépanocytose et un taux élevé d’Hb F ont souvent une maladie plus discrète, puisque l’hémoglobine F inhibe la falciformation des globules rouges. Les taux d’Hb F sont également élevés dans une maladie rare: la persistance héréditaire de l’hémoglobine fœtale (PHHF). C’est un groupe de pathologies héréditaires dans lesquelles les taux d’Hb F sont augmentés sans signe ou caractéristique clinique de thalassémie. Des groupes ethniques différents ont des mutations différentes responsables de PHHF. L’Hb F peut aussi être augmentée dans certaines pathologies acquises impliquant une faible production de globules rouges. Les leucémies et autres syndromes myéloprolifératifs sont aussi souvent associés à des taux élevés d’Hb F.
   • L’hémoglobine H: l’Hb H est une hémoglobine anormale qui apparaît dans certains cas d’alpha-thalassémie. Elle est constituée de quatre chaînes de globine bêta (b) et est produite en réponse à une pénurie importante de chaînes alpha (a). Bien que chacune de ces chaînes de globine bêta (b) soit normale, le tétramère de quatre chaînes bêta ne fonctionne pas normalement. Il a une affinité accrue pour l’oxygène, le retenant au lieu de le délivrer aux autre tissus et cellules. 
   • L’hémoglobine Barts: L’Hb Barts apparaît chez les fœtus atteints d’alpha-thalassémie. Elle est constituée de quatre chaînes protéiques gamma (g) lors d’un sévère manque de chaîne alpha, d’une façon similaire à la formation d’hémoglobine H. L’Hb Barts disparaît rapidement après la naissance en raison du switch dans la production des chaines gamma (switch gamma – bêta).


Une personne peut aussi hériter de deux gènes anormaux différents, un de chaque parent. Ceci est connu sous le nom d’hétérozygote composite ou de double hétérozygote. Plusieurs combinaisons cliniquement significatives sont listées ci-après:

Maladie de l'hémoglobine SC: L’héritage d’un gène bêta S et d’un gène bêta C provoque une maladie de l’hémoglobine SC. Ces individus présentent une anémie hémolytique discrète et une augmentation modérée de la taille de la rate. Les personnes ayant une maladie de l’Hb SC peuvent développer les mêmes complications vaso-occlusives (obstruction des vaisseaux sanguins) que celles vues dans le cas d’une drépanocytose, (typiquement des douleurs osseuses ou des problèmes oculaires) mais la plupart des cas sont moins sévères.


Maladie de l’hémoglobine SD: Les individus ayant une maladie de l’hémoglobine SD ont hérité une copie d’hémoglobine S et une copie d’hémoglobine D-Los Angeles (ou D-Punjab). Ces patients peuvent avoir occasionnellement des crises drépanocytaires et une anémie hémolytique modérée.


Hémoglobine E – bêta thalassémie: Les individus qui sont doubles hétérozygotes pour l’hémoglobine E et la bêta-thalassémie ont une anémie qui peut varier en gravité, de discrète (ou asymptomatique) à sévère.


Hémoglobine S – bêta-thalassémie: La drépano-bêta thalassémie varie en gravité, selon la mutation de bêta-thalassémie héritée. Plus le variant bêta-thalassémie est sévère (donc moins la chaine bêta produite est normale), plus la situation du patient ressemblera à une drépanocytose homozygote.
Certaines mutations entraînent une diminution de la production de globine bêta (b+) tandis que d’autres l’éliminent complètement (b0). La drépano-bêta+thalassémie est généralement moins sévère que la drépano-bêta0thalassémie. Les patients atteints de drépano-bêta0thalassémie tendent à avoir plus de drépanocytes irréversibles, des problèmes vaso-occlusifs plus fréquents, et une anémie plus sévère que ceux avec une drépano-bêta+thalassémie. Il est souvent difficile de faire la distinction entre une drépanocytose et une drépano-bêta0thalassémie.

SuivantPrécédent
Le contenu a été actualisé le:  26.02.2011

This website is certified by Health On the Net Foundation. Click to verify. Nous adhérons aux principes de la charte HONcode .

Pour information: vérifier ici.