Diagnostic de la Coqueluche

Synonymes: Mise en culture, PCR, détection des anticorps spécifiques par fluorescence, sérologie anti-Bordetella pertussis (détection des anticorps de type IgA, IgG, IgM)
Nom officiel: Bordella pertussis
Examens apparentés: RSV, Flu Tests

Qu'est-ce qui est analysé ?

De nombreux tests sont réalisables pour détecter et diagnostiquer une infection à Bordetella pertussis. Il s'agit d'une bactérie qui touche les poumons ; elle cause le plus souvent une infection des voies respiratoires en trois étapes connue sous le nom de coqueluche. Cette infection est très contagieuse et provoque une infection persistante transmise de personne à personne via les gouttelettes respiratoires et un contact étroit.

La période d'incubation de la coqueluche varie de quelques jours à un maximum de trois semaines. La première étape de la maladie, appelée la phase catarrhale, dure environ deux semaines et les symptômes peuvent ressembler à un léger rhume. Elle est suivie par la phase paroxystique, qui peut durer une ou deux semaines ou persister pendant quelques mois et se caractérise par de graves accès de toux. Finalement, la fréquence de la toux diminue et la personne infectée entre dans la phase de convalescence caractérisée par une diminution progressive de la toux au décours de plusieurs semaines. Toutefois, la coqueluche peut parfois entraîner des complications comme une pneumonie, une encéphalite, des convulsions, et voire être mortelle. Les bébés ont tendance à être les plus gravement touchés et peuvent nécessiter une hospitalisation.

La coqueluche était une infection très répandue aux Etats-Unis touchant environ deux cent mille personnes lors d’épidémies se produisant à intervalle régulier.  En France, depuis l'introduction d'un vaccin contre la coqueluche et la vaccination généralisée des nourrissons, le nombre de personnes touchées a considérablement diminué à quelques milliers par an. Cependant, étant donné que ni le vaccin ni l‘infection naturelle par la coqueluche ne confère une immunité durable, les professionnels de la santé sont encore confrontés à des flambées épidémiques périodiques de la coqueluche chez les nourrissons non vaccinés, les adolescents et les adultes.

Les tests de dépistage de la coqueluche sont indiqués pour diagnostiquer ces infections et pour minimiser la propagation de la maladie à d'autres personnes.
Plusieurs types de tests sont disponibles pour dépister la coqueluche.

Parmi ces tests, on compte:
• la culture
• la détection du matériel génétique (ADN) de la bactérie responsable de la coqueluche (Polymerase Chain Reaction, PCR)
• l'immunofluorescence indirecte (IFI) permettant de détecter les anticorps spécifiques
• la détection des anticorps sanguins IgA, IgG, IgM dirigés contre B. pertussis
 
La coqueluche peut être difficile à diagnostiquer précocement parce que les symptômes de la phase cattarhale sont indiscernables de ceux d'autres maladies respiratoires, comme la bronchite, la grippe, et chez les enfants, une infection par le virus respiratoire syncytial (VRS). Dans la phase paroxystique, de nombreux adultes et les patients vaccinés qui ont la coqueluche présenteront seulement une toux persistante. La suspicion d'infection par la coqueluche est accrue chez les patients qui présentent le classique caractère bruyant de la réponse inspiratoire dite du chant du coq, chez des personnes présentant des symptômes de rhume et ayant été en contact étroit avec un patient atteint par la coqueluche, ou lorsqu’il y a une épidémie de coqueluche connue dans la communauté. Un écouvillon destiné à la mise en culture de B. pertussis / ou à une technique de PCR est généralement prélevé chez ces patients, mais un prélèvement ne devrait pas être effectué chez les contacts étroits asymptomatiques.

 

Comment l'échantillon est-il recueilli ?

Le prélèvement de l'échantillon est critique pour les tests de diagnostic de la coqueluche. Pour une culture et / ou un test de détection du matériel génétique, une aspiration nasopharyngée douce est réalisée. Pour effectuer ce prélèvement nasopharyngé, vous devez incliner la tête en arrière et un écouvillon en Dacron (long coton-tige avec une extrémité fine) est délicatement inséré dans une narine jusqu'à sentir une résistance. L’écouvillon est laissé en place pendant plusieurs secondes, puis est tourné à plusieurs reprises pour recueillir des cellules avant d’être retiré. Le prélèvement n'est pas douloureux, mais il peut chatouiller, faire pleurer ou provoquer une quinte paroxystique de toux.

Pour les tests de dépistage d'anticorps, un échantillon de sang veineux est prélevé au pli du coude.

 

Une préparation quelconque est-elle nécessaire pour assurer la qualité de l'échantillon ?
Aucune préparation n'est nécessaire avant le prélèvement.


Le contenu a été actualisé le: 07.03.2013

This website is certified by Health On the Net Foundation. Click to verify. Nous adhérons aux principes de la charte HONcode .

Pour information: vérifier ici.