Anticorps anti-ADNdb

Synonymes: Anticorps anti-ADNdb, Anticorps anti-ADN natif double-brin , Anti-ADN
Nom officiel: Anti-ADN double brin, IgG
Examens apparentés: Anticorps anti-muscles lisses, Anticorps anti-antigènes nucléaires solubles

Dans quel but est-il prescrit ?

La recherche des anticorps anti-ADN double brin est utilisée pour aider au diagnostic d’un lupus érythémateux disséminé (LED) et le distinguer des autres maladies auto-immunes. Il est généralement demandé à la suite d’une recherche d’ANA positif chez les personnes qui présentent des signes cliniques suggérant un LED. Il peut être demandé lors de la détection d’autres auto-anticorps associés au LED comme les anticorps anti-Sm (Smith anticorps). Ce dernier fait souvent parti du panel des anticorps anti-antigènes nucléaires solubles (ENA). Selon les signes cliniques et les suspicions du médecin, des auto-anticorps complémentaires peuvent être demandés pour aider à distinguer, et exclure, d'autres maladies auto-immunes. 

La recherche des anticorps anti-ADN double brin peut également être utilisée pour surveiller l'évolution de la maladie chez une personne souffrant de LED. On observe en effet une augmentation du titre des anticorps anti ADNdb au moment des poussées de la maladie.

 

Quand est-il demandé ? 

La recherche des anticorps anti ADNdb est indiquée dans le cadre d’un diagnostic de LED chez des patients à symptomatologie évocatrice et chez qui les anticorps antinucléaires sont positifs (surtout lorsque l'aspect en immunofluorescence indirecte des anticorps anti-nucléaires est «homogène» ou «moucheté». Voir l'article sur les Anticorps antinucléaires « ANA » pour plus de détails.). Le LED est fortement associé à la présence d’ANA, dans environ 95% des cas. Cependant, les anticorps anti-nucléaires ANA sont retrouvés dans de nombreuses autres circonstances alors qu'un anti-ADN double brin positif est assez spécifique du LED. En cas de positivité des anticorps antinucléaires, le laboratoire peut  et doit à son initiative pratiquer la recherche d’anticorps anti-ADN natif.

Les signes et symptômes du LED comprennent: 

Douleurs musculaires 

Douleurs semblables à de l'arthrite dans une ou plusieurs articulations (mais pas ou peu de lésions articulaires)

Eruption cutanée rouge en forme de papillon sur les ailes du nez et la joue (éruption malaire) 

Fièvre

Fatigue persistante

Sensibilité aux rayons ultra-violets

Perte de poids et de cheveux

Inflammation et lésions des organes et tissus, y compris les reins, les poumons, le cœur, la paroi du cœur, le système nerveux central, et les vaisseaux sanguins 

Syndrome des anti-phospholipides (voir SAPL) avec un risque thrombotique.

La recherche d'anticorps anti-ADN double brin peut être demandée périodiquement pour suivre la progression de la maladie ou lors des poussées chez une personne qui a été diagnostiquée avec un LED. Elle peut être répétée lorsque le résultat du test initial est négatif, mais que les signes et les symptômes persistent.

 

Que signifie le résultat du test ?

Les résultats d'un test anticorps anti- ADN double brin sont généralement considérés conjointement avec l'histoire médicale du patient, les signes et les symptômes, ainsi que l’ensemble des résultats des tests immunologiques.

Un niveau élevé d'anticorps anti -ADN natif est fortement associé au LED et est souvent augmenté de façon significative pendant ou juste avant une poussée. Si l' anticorps anti- ADN double brin est positif et que la personne testée présente des signes cliniques évoquant un LED, alors il y a une forte probabilité de confirmer un LED. Cela est particulièrement vrai si une recherche d'anticorps anti - Sm est également positive.

Un titre d'anticorps anti-ADN très faible est considéré comme négatif, mais n'exclut pas un diagnostic de LED. Environ 50 à 60% des LED ont des anticorps anti- ADN double brin positifs. Des niveaux bas à modérés d’auto-anticorps peuvent être vus avec d'autres maladies auto-immunes, telles que le syndrome de Gougerot-Sjögren et la connectivite mixte (syndrome de Sharp).

De nombreux laboratoires utilisent un test de quantification des anticorps anti- ADN double brin par ELISA (dosage immuno-enzymatique), un test très sensible et fiable.

Néanmoins la technique de référence reste le test de Farr (technique radio-immunologique) mais réservée à certains laboratoires spécialisés, tout comme l’immunofluorescence indirecte sur Crithidia luciliae (parasite flagellé dont le kinétoplaste devient fluorescent en présence d'Ac anti ADN).

 

Y a t-il autre chose que je devrais savoir ? 

Les Anticorps anti-ADN peuvent être présents lors de maladies telles que l'hépatite chronique, la cirrhose biliaire primitive, et la mononucléose infectieuse. Mais également en cas de traitement par certains médicaments tels que le procaïnamide et l'hydralazine. Ils ne sont généralement pas recherchés dans ces conditions. 

D’autres anticorps peuvent être recherchés comme les anticorps anti-ADN simple brin (mais moins spécifiques du LED et sont retrouvés dans d’autres maladies auto immunes) ou des anticorps anti-antigènes nucléaires solubles tels les anticorps anti-Sm (peu fréquent dans le LED mais très spécifiques) ou encore les anticorps anti-Ro/SSA et La/SSB et enfin les anticorps anti-ribonucléoprotéines.


Le contenu a été actualisé le: 06.11.2015

This website is certified by Health On the Net Foundation. Click to verify. Nous adhérons aux principes de la charte HONcode .

Pour information: vérifier ici.